Et si le terrorisme manipulait les médias ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2264 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Tjadé Eonè (Michel), " L’afrique donne la voix ", in Et si le terrorisme manipulait les médias ?, 1ere édition, Chennevières – sur – Marne ; Dianoïa, coll. « défis », 2005, 156 pages.
Les événements du 11 septembre 2001 à New York et Washington ont marqué un tournant majeur quant à la place du terrorisme dans les préoccupations internationales (l’Afrique n’étant pas du reste). Malgré leurportée symbolique, ils ne se sont pas produits cependant de but en blanc et ne faisaient que s’inscrire dans une tendance évidente depuis plusieurs années. En vérité, ils n’ont fait que porter au degré supérieur et plus global une pratique de la terreur déjà, hélas ! bien développée depuis le mouvement anarchiste, les guerres de libération, les luttes antirébellions et les affrontements de la guerrefroide ; c’est de là que dérivent les défis et l’impact actuels du "terrorisme international. Terme popularisé en 1981 par le secrétaire d’Etat américain..., ou plus exactement d’un terrorisme s’attaquant au système politico-économique dominant, désigné de la manière la plus nette par les intérêts stratégiques américains.
Avant toute chose, il serait judicieux de décrire et de comprendre ce qu’estle terrorisme. C’est le recours illégitime à la violence contre des individus ou des biens afin de contraindre et intimider des Etats et des sociétés pour des revendications politiques exprimées la plupart du temps en termes sociaux, économiques ou religieux. Il se distingue fondamentalement de la criminalité, organisée ou non, par le fait que son objectif premier n’est pas un gain financier. Saforme varie sans cesse, notamment en fonction des cycles de la répression dont il fait l’objet. En réalité, le terrorisme vise d’abord à terroriser. Son impact effectif n’est qu’un moyen et non une fin. Celle-ci, est d’influencer des esprits, ceux des hommes et des femmes qui, par leur action ou au contraire leur inertie, peuvent avoir une influence quant aux objectifs politiques visés par lesterroristes.
Même si un enchaînement d’événements qui ne serait dû qu’au hasard parvenait lui aussi à semer la terreur, le terrorisme est donc par nature organisé. Sa constante, le dénominateur commun de ses différentes attaques, demeurent l’intimidation d’une cible particulière, la destruction, au moins partielle, d’un système politico-économique spécifique. Néanmoins, l’aspect le plus terrifiant duterrorisme est qu’il frappe souvent des victimes (potentiellement, chacun d’entre nous) qui ne sont pas directement liées au système politique ou à l’idéologie vers lesquels se dirigent en fait ces attaques. On l’a vu avec les attentats contre le siège de l’Organisation des Nations unies (ONU) à Bagdad, en Irak, en août 2003 où, précédemment, contre l’hôtel Paradise de Mombasa, au Kenya, ennovembre 2002.
La plupart des publications comme celui dont se porte notre attention à savoir « Et si le terrorisme manipulait les médias ? » de TCHAJDE EONE parue en 2005 sous les éditions…. , sur le sujet mettent actuellement l’accent sur les aspects internationaux du terrorisme.
Mais également, se référant une fois de plus à l’ouvrage de TCHADJE EONE sur un autre terrorisme, à dimension nationale,et même un système de terreur d’Etat, qui reste, pour ce qui est de l’Afrique, un phénomène réel et bien loin d’être récent. Qui entraînent de graves répercussions sur l’économie et la vie Africaine : ralentissement de la croissance, baisse des prix des marchandises à l’exportation, hésitation des investisseurs étrangers, ravages induits sur le plan humain, etc.
Pour cet auteur, comprendre ledéveloppement du terrorisme en Afrique, il faut donc procéder à une double approche, l’une s’attachant à sa version internationale actuelle dû à la déportation des attaques terroristes du sol Américain pour d’autres cieux, notamment en Afrique. A l’exemple des multiples attaques contre les ambassades Américains, qui ont fait de nombreuses victimes sur le sol Africain, à l’exemple de ceux de...
tracking img