Euro fort

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2453 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
SUJET 51
EN QUOI LES BANQUES JOUENT ELLE UN rôle ESSSENTIEL DANS L ECONOMIE
Le système économique est caractérisé par une diversité d'acteurs. Longtemps, on a considéré qu'une économie de marché consiste à mettre en relation les agents directement sur les divers marchés. Ainsi, l'apparition des banques au 18e siècle et l'importance qu'elles ont prise dans le fonctionnement des économiesposent un sérieux problème au fondement de cette thèse libérale.
Les activités bancaires consistaient à fournir aux agents économiques des lieux sûrs pour les placements de leurs objets de valeur. De nos jours, ces activités se sont élargies à toute une gamme de services financiers et monétaires. L'attribution du crédit constitue de loin l'activité la plus importante. La crise récente en 2008 amontré, en dépit de grand progrès en matière de libéralisation financière, qu'un dysfonctionnement dans le secteur bancaire conduit à un effondrement des marchés financiers. La crise bancaire est devenue une crise réelle. Les banques continuent de jouer un rôle central en économie.
SELON VOUS, L’INTERMEDIATION PERME-ELLE D’AMELIORER L’EFFICACITE DES SYSTEMES FINANCIERS POUR PROMOUVOIR LACROISSANCE ECONOMIQUE ?
A partir de ces définitions nous pouvons nous interroger sur la capacité des marchés financiers à développer l’économie. L’intermédiation permet-elle d’accroître, via les systèmes financiers, la croissance économique ? Avec le phénomène de la globalisation financière n’assiste-t-on pas à de nouvelles intermédiations entre épargnants et investisseurs ? Pour répondre à cesquestions nous verrons d’abord l’évolution des systèmes financiers en fonction des problèmes rencontrés, pour nous intéresser ensuite aux mécanismes de l’intermédiation, et enfin aux conséquences sur la croissance économique.
Depuis le début des années soixante-dix, nous assistons à une mondialisation des échanges et de l’économie. Celle-ci se caractérise, en particulier, par une déconnexion entresphère financière et sphère réelle. Après la Première Guerre mondiale, l’importance des marchés financiers était bien moindre. En effet, comme le rappellent M. Aglietta, A. Brender et M.Coudert dans :_ Globalisation financière : l’aventure obligée _(1990), les stocks des actifs accumulés étaient de 44 milliards de dollars, soit trois fois le commerce mondial de marchandises de l’époque. Le systèmemonétaire de l’époque était basé sur une monnaie de référence : l’or et le rôle moteur et directeur de la Banque centrale d’Angleterre dans la fixation des taux d’intérêt mondiaux. De plus, et surtout au XIXe siècle, les différents marchés, celui du travail en particulier, étaient régis par une certaine flexibilité, donc une absence de rigidité.
De nos jours, le système financier international apour fonction d’assurer l’abrocation internationale du capital. Pendant les années soixante et soixante-dix, l’essentiel des flux de capitaux suit un axe Nord-Sud. Les {text:soft-page-break} pays du Nord financent le déficit structurel des pays du Sud. Les deux chocs pétroliers des années soixante-dix réorganisent le système mondial. L’augmentation du pétrole provoque un accroissement du tauxd’épargne mondial. De plus, les pays producteurs de pétrole (l’OPEP : l’organisation des pays exportateurs de pétrole), ont une faible propension à consommer par rapport aux pays riches. La nécessité d’une régulation macroéconomique devient impérative pour éviter que l’élévation de l’épargne mondiale ne provoque une récession. Les PED (pays en développement) vont s’endetter, ils vont ainsi participer au «recyclage des pétro-dollars », c’est la première étape de la globalisation financière. Les pays du Nord ont leurs revenus ponctionnés par l’achat de matières premières énergétiques. Les pays industrialisés sont obligés de puiser dans leurs réserves pour faire face à l’augmentation des dépenses. Progressivement ils arrivent à rééquilibrer leur balance courante. Le prix des matières premières...
tracking img