Fiche de lecture

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4122 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Présentation du contenu de l’ouvrage

1) Ni putes ni soumises est un ouvrage de Fadela Amara.
Fadela Amara une femme politique née le 25 avril 1964 à Clermont-Ferrand.
Dans les années 1980, elle fut membre de SOS racisme, à la fin des années 1980, elle se consacre à la cause féministe et notamment aux problèmes des femmes vivant dans les quartiers difficiles.
Le mouvement de « Ni putes Nisoumises » qu’elle préside formalisera son engagement.
Elle met en place un tour de France de l’association « Ni putes Ni soumises»
Dans cet ouvrage qui est un essai, elle invoque son parcours et les témoignages reçus pendant la marche. Cet ouvrage a été publié en 2003 aux Editions La découverte dans la collection « cahiers libres ».
J’ai choisi cet ouvrage car je pense que le questionnement surles raisons de la dérive des banlieues et la montée de violence des jeunes issus de l’émigration reste un sujet d’actualité. En tant que futur travailleur social il est important d’approfondir cette problématique.

2) « Ni putes ni soumises », est une association féministe, présidée par Fadela Amara.
Une association qui a réussi à rassembler, le 8 mars 2003, dans les rues de Paris plus de 30000 personnes. L’association va faire le tour de la France avec au départ huit marcheurs, six filles et deux garçons, pour dénoncer les tournantes et les violences masculines. Multipliant les conférences de presse, les rencontres avec les élus, les débats avec les habitants des cités, pour mettre en garde contre ce mal qui gangrenait les banlieues.
Deux événements majeurs avaient eu lieu quelquemois plus tôt qui ont provoqué cette marche.
Tout d’abord ce drame horrible, survenu le 4 octobre 2002 : le meurtre de Sohane, une jeune fille de dix-huit ans, brûlée vive dans une cave d’une citée. Belle et insoumise, Sohane avait payé de sa vie le fait de ne pas s’être plié aux normes de fonctionnement de la cité, à la loi du plus fort. Et puis le témoignage de Samira Bellil sur les violscollectifs, ces histoires de filles violées par des bandes de garçons pour ne pas avoir dissimulé leur féminité.

Fadela Amara est née en Auvergne, à Clermont-Ferrand, en 1964. Issue d’une famille immigrée composée de dix enfants, six garçons et quatre filles. Ses parents sont originaires d’Aît yussef dans les montagnes de petite Kabylie.
Son père est arrivé en France en 1955 pour trouver du travaildans le bâtiment. Sa mère la rejoint en 1960, après leur mariage. Elle avait seize ans, et a eu très vite son premier enfant.
Elle a grandi dans une cité située dans la banlieue sud est de Clermont-Ferrand, un petit quartier populaire où étaient logées cent cinquante famille.
Également issu d’une famille traditionnelle, son père venait d’une société patriarcale et machiste où les hommes avaientobligation de subvenir aux besoins de la femme. Son père n’aurait jamais supporté que sa femme travaille, il l’aurait vécue comme une incapacité personnelle à faire vivre sa famille et donc une remise en cause de sa place de chef de famille. Son père avait une image très simple de la place de chacun : les hommes dehors et les femmes à la maison ! D’ailleurs il faisait une nette différence entrela façon dont devaient vivre une fille et celle dont devait vivre un garçon. Le frère aîné avait presque tous les droits et elle et ses sœurs, quasiment aucun. Elle n’en a jamais voulut à son père : il croyait sincèrement faire le bien de ses filles.
Le parcours de Fadela Amara est chaotique, durant sa scolarité c’est une élève indisciplinée ; à part le Français aucune autre matière nel’intéresse. Virée du collège à seize ans, sa mère l’a poussé vers un CAP d’employée de bureau et son père l’inscrit dans une école de bonne sœurs.
Au final, elle a raté son CAP et finit à l’ANPE. Pour s’en sortir elle va enchaîner des contrats à durée déterminée et autres types d’emplois instables.
Son engagement militant est né suite à un choc, la mort d’un de ses frères, lorsqu’elle avait quatorze...
tracking img