Fifi

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (517 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiches d'arret administratif
mercredi 25 juin 2008
Arrêt Cadot 13 décembre 1889
Arrêt Cadot 13 décembre 1889

Mots-clés : Compétence du juge administratif, Théorie du ministre-juge.

Faits :Le sieur Cadot, ingénieur-directeur de la voirie de la ville de Marseille, avait vu sa fonction supprimée par son employeur. Désireux d’obtenir réparation, il se tourna vers les tribunaux judiciaires,qui se déclarèrent incompétents faute pour son emploi de tenir du contrat de louage de services.
Il se tourna ensuite vers le conseil de préfecture, qui se déclara incompétent au motif qu’il nes’agissait pas de la rupture d’un contrat de travaux publics.
Le sieur Cadot se tourna enfin vers le ministre, qui refusa lui aussi de répondre, au motif que l’affaire n’intéressait que le conseilmunicipal.

Procédure : Recours contre la décision du ministre de l’intérieur.

Question de droit : Est-ce que la compétence du CE est une compétence d’attribution ou une compétence de droit commun ?Motifs : Le CE se reconnaît comme juge de droit commun. Il peut désormais connaître de toute affaire sans que celle-ci ait été au préalable portée devant le ministre.
C’est la fin de la théorie duministre-juge, qui voulait que le ministre juge les affaires qui n’étaient pas de la compétence du CE, celui-ci ne statuant qu’en appel.

Portée : Cet arrêt fonde toute la jurisprudenceadministrative. Il est toutefois dépassé depuis le décret-loi du 30 sept 1953, qui a fait du TA le juge de droit commun et, de nouveau, confié au CE des compétences d’attribution.

M. Cadot était directeur dela voirie et des eaux de la ville de Marseille, lorsque cet emploi fut supprimé. Il réclama des dommages-intérêts et demanda au Conseil d’État d’annuler le refus que la ville lui opposa.
Alorsqu’aucun texte n’attribuait expressément au Conseil d’État la compétence pour connaître d’un tel recours, il se reconnut néanmoins compétent pour juger la requête de M. Cadot. Sans que l’arrêt ne...
tracking img