Flaubert, madame bovary

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (475 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Flaubert, Madame Bovary

Le rire est méchant, les enfants le savent bien ! Le rire se ligue contre la solitude de l'autre, par son handicap, sa différence, son accent... Le rire exclut aussi et ilpeut devenir une arme redoutable, de celles qui laissent cer¬tainement parmi nos plus amers souvenirs d'enfance. Comme cette arrivée de Charles Bovary enfant dans une salle de classe où les riresstigmatisent le « nouveau ».

- Levez-vous, dit le professeur.
Il se leva ; sa casquette tomba. Toute la classe se mit à rire. Il se baissa pour la reprendre. Un voisin la fit tomber d'un coup decoude, il la ramassa encore une fois.
- Débarrassez-vous donc de votre casque, dit le professeur, qui était un
homme d'esprit.
Il y eut un rire éclatant des écoliers qui décontenança le pauvre garçon,si bien qu'il ne savait s'il fallait garder sa casquette à la main, la laisser par terre ou la mettre sur sa tête. Il se rassit et la posa sur ses genoux.
- Levez-vous, reprit le professeur, etdites-moi votre nom.
Le nouveau articula, d'une voix bredouillante, un nom inintelligible.
- Répétez !
Le même bredouillement de syllabes se fit entendre, couvert par les huées de la classe.
- Plus haut! cria le maître, plus haut !
Le nouveau, prenant alors une résolution extrême, ouvrit une bouche démesurée et lança à pleins poumons, comme pour appeler quelqu'un, ce mot : Charbovari.
Ce fut unvacarme qui s'élança d'un bond, monta en crescendo, avec des éclats de voix aigus (on hurlait, on aboyait, on trépignait, on répé¬tait : Charbovari ! Charbovari.'), puis qui roula en notes isolées, secal¬mant à grand-peine, et parfois qui reprenait tout à coup sur la ligne d'un banc où saillissait encore ça et là, comme un pétard mal éteint, quelque rire étouffé.
Cependant, sous la pluie despensums, l'ordre peu à peu se rétablit dans la classe, et le professeur, parvenu à saisir le nom de Charles Bovary, se l'étant fait dicter, épeler et relire, commanda tout de suite au pauvre dia¬ble...
tracking img