Fontenelle histoire des oracles iv

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2800 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
DOSSIER DOCUMENTAIRE – CHAPITRE 10

Document 1 : D. Chamblay, M. Montoussé. G. Renouard, 50 fiches pour comprendre les débat économiques actuels, Bréal, 1999
Le système de protection sociale est victime de son succès. De 17,66 % du PIB en 1970, les dépenses de protection sociale sont passées à 30,8 % en 1996.
- Cette croissance des prestations est tout d'abord due au processus degénéralisation et d'amélioration de la couverture des besoins.
- La hausse des prestations résulte aussi de la croissance des dépenses de santé. En effet, les soins médicaux sont de plus en plus chers et la médecine est en phase de rendements décroissants: le rapport coût/résultat de la santé se détériore.
- La logique des acteurs n'est pas non plus innocente. Chacun a intérêt à la croissance des dépenses:les médecins parce que leurs revenus dépendent du nombre de consultations, les malades qui exigent les soins les meilleurs et les collectivités locales qui espèrent des infrastructures hospitalières modernes et efficientes.
Le dérapage des dépenses résulte aussi d'évolutions structurelles et conjoncturelles touchant la population.
- Le vieillissement de la population alourdit les dépensessociales; les personnes âgées consomment beaucoup plus de soins que les jeunes.
Mais, surtout, le vieillissement de la population creuse le déficit des retraites: leur financement représente désormais plus de la moitié des dépenses de protection sociale.
- La croissance du nombre des demandeurs d'emploi provoque de fortes augmentations des dépenses de l'assurance chômage: les dépenses pour l'emploi sontpassées de 6,6 % des dépenses totales de la protection sociale en 1985, à 8,6 % en 1992.
La précarité et la pauvreté nées de la crise sont aussi des facteurs importants d'alourdissement des dépenses, le RMI en est un exemple éloquent.
La protection sociale est financée à près de 70 % par des cotisations (patronales et salariales) assises sur les salaires. Ce mode de financement est trèssensible à la conjoncture économique, car, dès que la croissance ralentit, l'emploi stagne ou diminue, ce qui a un effet dépressif important sur les recettes.
La crise économique ralentit fortement la croissance des cotisations.
- 3 millions de chômeurs représentent un manque à gagner de 150 milliards de francs [soit 22,9 milliards d'euros] pour la Sécurité sociale. La cause principale des difficultésfinancières de la protection sociale est donc le sous-emploi.
- La faible progression des salaires depuis la crise représente par ailleurs un frein supplémentaire à la croissance des cotisations.
La protection sociale subit donc un effet de ciseaux. Alors qu'en raison de la crise, les recettes ont tendance à plafonner, les dépenses suivent, elles, à une progression qui semble irréversible.Face à cette situation, des mesures gouvernementales se sont multipliées, et le système de protection sociale est de plus en plus souvent mis en cause.
1- Qu’est ce qu’un effet de ciseaux ?
2- Expliquez la progression des dépenses
3- Expliquez la stagnation des recettes
4- Illustrez la phrase soulignée à l’aide de l’actualité

Document 2 : d’après INSEE

1- Donnez unedéfinition de déficit budgétaire
2- Faites une phrase avec les données de 2003
3- Quel lien faites-vous entre déficit budgétaire et évolution du PIB ?
Document 3 :Rémi Godeau Le Figaro,10 mars 2004 - Etat d'alerte sur les finances publiques
A trop attendre de la croissance, on s'expose à des déconvenues. Avec l'hypothèse d'une richesse nationale en progression de 2,5%, le gouvernement espéraitredresser les finances publiques en 2003. Mais patatras : le produit intérieur brut (PIB) a presque stagné. Et, comme le confirment les comptes pour 2003 des administrations publiques publiés hier par l'Insee, aucun des objectifs transmis à Bruxelles n'a été tenu. En trois ans, le déficit public a entamé une descente aux enfers : après 1,5% en 2001 et 3,2% en 2002, il a atteint un record de...
tracking img