Greffe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1186 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic][pic][pic]Qu'est-ce qu'une greffe ?
Une greffe est la mise en place dans le corps humain d'un organe étranger qui lui est devenu nécessaire.

On greffe :
• Pour remplacer ou suppléer un organe en défaillance sévère et irréductible, et dont la fonction est vitale.
• Pour permettre à un malade de retrouver une existence normale.
Une autogreffe est une greffe dans laquelle legreffon provient du sujet lui-même. Le donneur est le sujet qui va recevoir la greffe.
Une allogreffe (homogreffe) est une greffe faite à partir d'un donneur.
Une xénogreffe est une greffe pratiquée entre deux organismes d'espèce différente, par exemple greffe d'un organe d'animal chez l'homme.
Quels sont les tissus et les organes que l'on greffe ?

Prélevés de son vivant :
• Essentiellementles Cellules Hématopoïétiques (ou moelle osseuse, donneurs familiaux ou non)
• Rein, entre proches du cercle familial
• Peau
• Fragments osseux
• Lobe hépatique et lobe pulmonaire (exceptionnellement)
Prélevés après la mort :
• Cœur
• Foie
• Rein
• Cœur-poumon
• Poumon
• Pancréas
• Os - cartilage
• Cornée (partie transparente du globeoculaire, située devant l'iris - on ne prélève pas l'œil)
• Peau
• Intestin (rarement)
Depuis quand greffe-t-on ?

Les premiers succès chez l'homme, dans le monde, sont :
• 1959 pour le rein
• 1967 pour le cœur
• 1981 pour le bloc cœur-poumon
Premières transplantations en France :
• Rein : 1955
• Cœur : 1968
• Foie : 1972
• Pancréas : 1976
•Cœur-poumon : 1982
• Poumon seul : 1987
• Première greffe de moelle osseuse en France : 1956
Quelles sont les conditions pour qu'une greffe réussisse ?

Il faut :
• d'une part, greffer un tissu ou un organe dont les caractéristiques biologiques soient les plus proches de celle du receveur: c'est la compatibilité tissulaire ;
• d'autre part, maîtriser les phénomènes inéluctablesde rejet.
Qu'est-ce que la compatibilité tissulaire ?

C'est la plus ou moins grande similitude biologique des tissus du donneur avec ceux du receveur.
Chaque être humain se définit, sous l'angle biologique, par des antigènes réunis en un groupe tissulaire qui lui est propre. On parle encore de groupe HLA (Human Leucocyte Antigen) parce que ces antigènes, spécifiques de l'individu, selocalisent électivement à la surface des globules blancs, tout en existant aussi sur l'enveloppe des autres cellules de l'organisme.
Quand le donneur possède le même groupe tissulaire que le receveur ou un groupe très voisin, on dit qu'il y a compatibilité : le greffon est accepté; la greffe réussit. Dans le cas contraire, il y a rejet du greffon donc, échec de la greffe.
Qu'est-ce que le rejet ?

Lerejet est un phénomène naturel.
C'est la destruction, après sa reconnaissance, de tout élément étranger pénétrant dans un organisme vivant; réaction bénéfique quand il s'agit d'un microbe, par exemple ; réaction regrettable quand il s'agit d'une greffe.
On peut agir sur le phénomène de rejet d'une greffe en atténuant l'intensité de la réponse immunitaire, grâce à des médicaments appropriés enparticulier la Ciclosporine, qui depuis les années 80, a permis la multiplication des greffes. Le taux de survie des patients s'est accru de manière spectaculaire.
Chacun peut-il être donneur ?

Tout sujet en état de mort encéphalique, malgré tous les efforts des médecins pour le sauver, doit être considéré comme un donneur potentiel. Dans ce contexte, les médecins entreprennent les recherchesdes antécédents médicaux et la réalisation d'examens sérologiques permettant de dépister d'éventuelles maladies transmissibles. Seuls ces examens, effectués juste avant le prélèvement, autoriseront ou non le don d'organes et de tissus. On ne définit pas de contre-indications à prori.
En pratique, la qualité fonctionnelle du greffon dépend en grande partie des conditions dans laquelle survient la...
tracking img