Histoire romaine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1302 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
-------------------------------------------------
Les institutions romaines sous la République
* La société romaine sous la République
* Le Cursus honorum
La société romaine sous la République
L'organisation censitaire :
La cité romaine, comme l'Italie toute entière, est un tout cohérent et fortement structuré : c'est une société qui tend à s'organiser en classes et ordres bienstructurés et juridiquement reconnus. Mais c'est aussi une société profondément inégalitaire.
Les centuries :
Le census est fondamental : opération quinquennale depuis 443 av. J-C. au moins, effectuée par les censeurs, magistrats très honorés : c'est l'Etat lui-même qui répartit rationnellement les citoyens.
Le peuple romain se définit en deux grandes catégories :
1. Les adsidui (mobilisableset contribuables), divisés en 5 classes : les plus riches, les equites, ne comptent jamais d'affranchis dans leur rang. A partir du IIème siècle, leur cens est de 400 000 sesterces. Les 18 centuries équestres ont un rôle particulier aux comices.
Il y a en tout 193 centuries (unités de recrutement, de vote, et d'impôt), d'étendue très variable. Cela constitue la hiérarchie fondamentale de lasociété romaine.
2. Les proletarii (qui n'ont que des enfants) et les capite censi (qui n'ont que leur personne) sont dispensés du service militaire et des impôts directs. A la fin de la République, ces deux catégories regroupent ceux qui possèdent moins de 1500 as.
Les ordines :
En dehors de ces classes, il existe 27 ordines (catégories) apparues à différentes époques : sénateurs, officiers del'administration (scribes, appariteurs, crieurs, licteurs...), certains publicains, et enfin les juges (dont la liste est établie par les prêteurs).
Ces ordres manifestent une tendance certaine à devenir héréditaires : au Ier siècle, un fils de sénateur est lui-même sénateur, et il en est de même des chevaliers (120-90 : quasi disparition de la chevalerie nationale).
Le sommet de la hiérarchieromaine : patriciat et nobilitas.
Ces groupes n'ont aucun rapport avec le cens ; ce sont des groupes très restreints, qui ont certains interdits politiques ou religieux et constituent des cercles très fermés.
Les patriciens :
Groupe d'origine très ancienne, peut-être royale ou du tout début de la République. Ce sont les descendants des titulaires de la magistrature suprême : ils ont seuls le droitde prendre les auspices majeurs. Ils fournissent les flamines majeurs et les interrois : c'est une classe politico-religieuse qui essaie vers 450 de se constituer en caste par endogamie.
A la fin de la République, on compte 30 familles réparties en 13 gentes (gens Claudia, Iulia, Sergia, Cornelia, Porcia...). Le patriciat peut se perdre par dérogation ; les magistratures plébéiennes lui sontinterdites (cf. Clodius, qui se fait adopter par un plébéien et change son nom pour devenir tribun). Aucune primauté d'ordre économique, aucune propriété spécifiquement patricienne : d'où un appauvrissement, un effacement des individus : un Sylla, un Catilina surgissent après des siècles d'obscurité.
La nobilitas :
Les nobiles sont ceux dont un ancêtre a exercé une magistrature curule depuis 366(accession de la plèbe aux magistratures). Au IIème siècle, elle compte presque exclusivement des descendants de consuls. C'est une classe hiérarchisée, selon le nombre et l'ancienneté des magistratures, la présence de triomphes, de censeurs... La nobilitas représente une dizaine de familles, soit 0,05 % de la population civique.
Elle n'a aucun privilège de droit, sauf celui d'exhiber les imaginesdes ancêtres lors des funérailles. Mais en fait, le consulat leur est pratiquement réservé (sauf Marius en 107 - et Cicéron). Les nobiles n'ont ni statut juridique, ni économique, mais seulement politique. L'homo nouus est "semblable" aux nobiles, mais il ne l'est pas ; seuls ses enfants le seront.
==> la nobilitas diffère du patriciat : une famille est ou non patricienne ; elle peut...
tracking img