Japon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3928 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Japon et le monde

Si l’ouverture du marché japonais reste sous haute surveillance, la présence commerciale nippone n’a cessé de s’affirmer dans les échanges mondiaux. Géant économique, il est aussi la première puissance financière du monde mais sont système bancaire est en crise et la Bourse des valeurs subit une crise de la part des investisseurs étrangers et même japonais. Le Japon nes’adapte-il pas à la globalisation financière en marche depuis les années 80 ? Pourtant, au regard des crispations qu’il engendre, le Japon, aujourd’hui deuxième grand mondial, fascine par ses ambitions et par sa puissance économique légitime. Le Japon peut-il rester par ailleurs un « nain politique ? Dans son face à face avec les pays d’Asie Pacifique où de nouveaux pôles rivaux s’affirment, laquestion de sa sécurité, face à la Chine notamment mais aussi de sa place dominante suscite des interrogations.

I. Les relations commerciales avec le reste du monde :

1) Une politique commerciale pragmatique et mercantiliste :

a) Une ouverture commerciale limitée :

Même si le Japon est l’un des signataires du GATT, il est régulièrement taxé de protectionnisme par les dirigeantséconomiques et politiques des pays partenaires.
Jusqu’en 1945, le Japon connaît une alternance de périodes de semi-fermeture et d’ouverture. La première ouverture est forcée, imposée par Perry. Mais dans le cadre de l’industrialisation du Japon sous Mutsu-Hito, l’ouverture devient nécessaire pour pallier au manque de ressources naturelles et faire appel aux techniques occidentales. Malgré tout, lenationalisme reste fort et la volonté de protéger le pays des influences extérieures reste prépondérante. Détruit et replié sur lui-même au lendemain de la défaite de 1945, le Japon ne participe pas à l’édification du multilatéralisme commercial inspiré par les US. Il n’adhère au GATT qu’en 1955. Il adopte une politique pragmatique, visant avant tout à préserver les intérêts nationaux. Si les USregardent d’abord cela avec bienveillance, c’est qu’ils ne considèrent pas encore l’Asie comme une partenaire commercial majeur. Le Japon va procéder à une ouverture par étapes, en s’attaquant aux barrières douanières mais sans toucher aux « obstacles structurels ». Le Japon participe aux grandes négociations commerciales du GATT, ce qui conduit les taux de douane à un niveau moyen de 2,6% sur lesproduits industriels au lendemain du Tokyo Round en 1973-1979. De nouvelles réductions sont accordées par la suite et des taxes assouplies. Toutefois, les dirigeants japonais semblent n’offrir que quelques concessions pour gagner du temps. Ils négocient pied à pied lorsque leurs intérêts vitaux sont en jeu (c’est par exemple la longue guerre avec les US sur les semi-conducteurs japonais). Lesbarrières non tarifaires restent ainsi importantes. Les formalités administratives sont longues et complexes, les délais de dédouanement longs. Le Japon impose toute une série de normes spécifiques, très tatillonnes, pouvant être modifiées à tout instant (cf l’interdiction sur les skis français au prétexte d’une texture différente de la neige japonaise. L’obstacle de la langue y participe car la plupartdes normes ne sont toujours pas traduites en anglais. Pourtant, peu à peu, on assiste à un alignement sur les standards internationaux dans le domaine des normes et de la simplification des procédures d’homologation sous la contrainte du processus de mondialisation. Au total, même si les barrières formelles ont quasiment disparu et que l’Etat encourage officiellement l’importation depuis lemilieu de la décennie 80, cette dernière est freinée par la crise et la bureaucratie douanière demeure très vigilante.
Le marché japonais est en partie contrôlé par les sogoshoshas qui disposent d’un droit de regard sur les produits qu’elles distribuent et peuvent refuser un produit s’il fait concurrence à un produit japonais qu’elles commercialisent. Les grandes centrales d’achat indépendantes...
tracking img