La censure

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1347 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Alors que nous reste-t-il ? Brassens censuré dans son temps, Vian de même, Ferré aussi, Le Forestier dérangeant, Béranger écarté, Aragon catalogué, Brel oublié. Pourtant leurs textes mériteraient de figurer dans les manuels scolaires pour la qualité de leur écriture et comme témoignages de leur temps. Mais les médias ont mieux à faire : faire fructifier leur usine à gaz qui font de l'audimat. Jefais donc de la résistance, heureux et debout dans mes bottes.
Mais voilà, ces textes dérangent, comme "L'affiche rouge" d'Aragon ou "Le déserteur" de Vian, "Lily" ou "La bête immonde" de Perret. D'ailleurs les médias ne diffusent plus ou presque plus ces auteurs, c'est pour cela que je prends mon bâton de pèlerin pour colporter, en courageux et modeste saltimbanque, tous ces petits trésorstombés trop facilement dans les oubliettes pour des questions de gros sous.

La musique est la libre expression des idées, traditions et émotions des individus et des peuples. Elle peut exprimer l'espoir des musiciens. Leurs aspirations, leurs joies et leurs peines, leur propre identité et leur culture. Cependant, ces expressions entrent en conflit avec ceux qui sont au pouvoir. Les idées en ellesmême sont peut être simplement impopulaires ou hors du contexte et mode de penser du régime ou d'un groupe particulier. Car il existe de par le monde ceux qui se sentent menacés par la nature même de tout libre échange d'idées. Il y a ceux qui ne s'arrêteront devant rien pour les museler.

"Le Déserteur" est une chanson très célèbre écrite à l'origine par Boris Vian, sur une musique de Harold Berg,dont la première interprétation par Mouloudji fut diffusée en 1954. De nombreux artistes l'ont repris dont Boris Vian lui-même, mais aussi Serge Reggiani, Richard Anthony, Claude Vinci, Dan Bigras, Leny Escudero, Dédé Fortin et Peter, Paul and Mary, et surtout Jean Ferrat.

Le texte de la chanson comporte douze strophes de quatre vers en rimes embrassées. Il s’agit d’une lettre adressée auPrésident par un homme ayant reçu un ordre de mobilisation pour raison de guerre. L’auteur de la lettre donne ses raisons de ne pas partir à la guerre, et révèle son intention de déserter préférant vivre de mendicité tout en incitant les passants à suivre son exemple. C'st un vraiment un très beau texte profondément pacifiste qui a d'ailleurs été traduit dans de nombreuses langues.

En 1983, Renaud vaen faire une adaptation, sous le titre "Déserteur". Paul Faber, conseiller municipal de la Seine, avait été choqué du passage à la radio de cette chanson, et avait demandé à ce qu'elle soit censurée. En guise de réponse, Boris Vian écrivit une lettre mémorable qu'il diffusa partout sous forme de lettre ouverte, sous le nom de Lettre ouverte à Monsieur Paul Faber.

Si « La France est le seulpays à pouvoir écrire son histoire en chanson » (J. Charpentreau), la chanson française ne détient pas , loin s'en faut, le monopole du chant politique. Chaque pays d'Europe conserve profondément ancrées en lui les mélodies qui annoncèrent ou accompagnèrent les évolutions et les bouleversements politiques. L'unité, problématique certes, de ces pays autour d'une histoire largement commune, nous pousseà envisager le discours politique de la chanson sur une large échelle géographique, et les contributions concernant un pays, ou un groupe de pays particulier sont largement souhaitées.

De la fin 1914 à 1919,la préfecture de Police de Paris a donc visé en moyenne de 100 à 150
spectacles par semaine, et a censuré, d’un vers à plusieurs couplets, environ 25 000 chansons recensées. Au total,4000 chansons sont modifiées ou refusées, donc interdites d’être jouées dans les spectacles. Plus exactement, 450 chansons ont au moins un couplet censuré ou supprimé.Les pics des chansons modifiées sont en 1916 (100) et 1917 (200). Les occurrences gommées concernent le vocabulaire politique, avec une suppression des critiques antiparlementaires et antirépublicaines.

La censure en France a...
tracking img