La conscience de soi est-elle une connaissance ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3211 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1. La conscience de soi est-elle une connaissance ?
1. Double questionnement.

Métaphysique : qu'est-ce que le < moi > ? Quelle est la nature de l' ipséité ?

Epistémologique : qu'est-ce que < connaître > ? Comment parvenir à la connaissance de soi ? La conscience de soi satisfait-elle aux critères de la connaissance : objectivité, rationalité, mesure ?

-Le < soi >, pronom réfléchi de latroisième personne, est le terme par lequel on désigne le référent de l'unité et de la continuité supposées d' un sujet substantiel -ce qui enveloppe un double postulat métaphysique.

-La < conscience de soi > est l' aperception immédiate plus ou moins claire par le sujet de ses propres états de conscience. Conscience spontanée à distinguer de la conscience réfléchie ou retour du sujet sur cetteimpression première -par laquelle il se distingue de ses états psychiques.

La conscience de soi désigne donc le sentiment intime originairement vécu de nos affections mentales, de notre personnalité propre.

2. La < connaissance > est l' acte de la vie psychique qui rend présent un objet aux sens et à l'intelligence. Elle désigne également le savoir résultant de cet acte.

3. < Laconscience de soi est-elle une connaissance ? >, cette interrogation renferme trois problèmes qu'il est possible de mettre en perspective :

-Existe-t-il quelque chose comme un < soi > susceptible d'être connu?

Question de métaphysique.

-Dans l'affirmative est-il possible de le connaître ?

Question de logique.

-Et dans cette hypothèse, par quelles voies ?

Question de méthode.

Où l'onretrouve ici, transposée, l'antique interrogation de Gorgias ( Traité du Non-Être ).

*
2. Peut-on ne pas être soi-même ?
< Être soi-même > signifierait conserver la conscience intime de son identité psychologique.

Le malade, le dément, l' halluciné, l' aliéné souffrant de personnalités multiples, le passionné, le drogué, l'enfant sauvage, le sauvage, le vieillard sénile, l'homme del'habitude, l'acteur enfin sont réputés ne pas être eux-mêmes, ne plus l' être ou ne pas l' être encore.

Y a-t-il une unité substantielle du < moi > ( Leibniz ), ce particulier, cet individu entendu ainsi que tout individu comme complexe temporel de facteurs interdépendants : biologique ( tempérament ), psychologique ( caractère ),sociologique ( fonction sociale ), éthique ( personne morale ) ?

Oucette identité psychologique supposée, le < soi >, n' est-elle qu' un mot signifiant un simple effet récurrent d' imagination ( Hume ) - une reconstruction, une illusion, une manière d' abus de langage ?

*
3. Suis-je le mieux placé pour savoir ce que je suis ?
Question topique. Celle de la place du sujet-supposé-savoir.

1. Sujet psychologique et intuitif ( à la manière d'Amiel ou de Bergson), transcendantal ( selon Kant ), fictionnel ( d'après les artifices projectifs de l'art romanesque ).

Ou sujet miroir -autrui supposé mieux placé que moi-même pour savoir ce que je suis parce qu' à distance et ainsi plus apte -semble-t-il-, à prendre la mesure de mon identité.

2. Mais l'expérience d'autrui est-elle plus pertinente que la succession des intuitions que j' ai de moi-même ?Ses préjugés, ses a-priori, ses fantasmes n' accompagnent-ils pas nécessairement l'expérience qu' il a de moi, -quelles que soient ses dénégations ?

-Je ne suis généralement pour autrui que le système plus ou moins lié de ses illusions projetées sur mon identité postulée. Ce que Proust a montré.

-Je suis l'autre de l'autre...

Or les intentions d'autrui -entendu comme chose-en-soi- noussont transcendantalement inaccessibles. L'autre, comme tout objet, n'est jamais qu'une représentation de la conscience, un phénomène. Ce que Kant a établi.

3. Quant à la connaissance objective, rationnelle, qu'il prétend avoir de moi -psychologie behavioriste, psychanalyse, enquête ethnographique, sociologique, pédagogique-, elle demeure par définition étrangère à mon existence mentale en tant...
tracking img