La france sous vichy

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4335 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I. Le Gouvernement de Vichy
Rappel :
14 juin 1940 : les Allemands entrent dans Paris.
17 juin 1940 : le maréchal Pétain forme un gouvernement et demande les conditions de l'armistice. « Je fais à la France le don de ma personne afin d’atténuer son malheur »
18 juin 1940 : appel du général de Gaulle.
22 juin 1940 : signature de la convention d'armistice franco-allemande à Rethondes.

Apeine les parlementaires ont-ils voté les pleins pouvoirs constituant à Pétain, le 10 juillet 1940, que celui-ci opère un coup d’Etat. Par les quatre « Actes Constitutionnels » des 11 et 12 juillet, le maréchal Pétain s’attribue des pouvoirs illimités. Le mot république disparait alors des actes officiels : le régime est alors désigné l’Etat Français.

A. Création et idéologie du régime
a. CréationC‘est ainsi que le 23 Juin, Pétain fait entrer Pierre Laval comme ministre d’Etat et vice-président du conseil. On comprend ce choix car Laval est un homme parfaitement rompu aux manœuvres parlementaires. Sa mission dans un premier temps sera de mettre fin au régime actuel. En effet, la volonté première fut de construire un ordre nouveau après une défaite qui était pour eux avant tout celle dela IIIe République.
On convoque alors à Vichy une Assemblée nationale (équivalent du congrès : la réunion des deux chambres). Cette assemblée possède les pouvoirs constituant, en vertu de la Constitution de 1875. Elle peut réviser la Constitution, or a ce moment là, il ne s’agit pas de la réviser mais bien de la supprimer pour confier la totalité des pouvoir au Maréchal Pétain.
Pierre Lavalsoutient son projet avec obstination et fait adopter ce texte :
« Article unique.
L’Assemblée nationale donne tout pouvoir au gouvernement de la République, sous l’autorité et la signature du maréchal Pétain, à l’effet de promulguer par un ou plusieurs actes une nouvelle constitution de l’État français. Cette constitution devra garantir les droits du Travail, de la Famille et de la Patrie.
Ellesera ratifiée par la Nation et appliquée par les Assemblées qu’elle aura créées. La présente loi constitutionnelle, délibérée et adoptée par l’Assemblée nationale, sera exécutée comme loi de l’État »
— Fait à Vichy, le 10 juillet 1940
Par le président de la République,
Albert Lebrun
Le maréchal de France, président du conseil,
Philippe Pétain.

Cet acte législatif n'ayant pas été voté dansles formes  prévues par les lois constitutionnelles de 1875 organisant les institutions de la Troisième République, sa régularité est sujette à caution, mais il met fin, de fait, à la forme républicaine du gouvernement de la France.

Il faut bien se rendre compte que d’une part, la France était absolument abasourdie par sa défaite, et que, d’autre part, la popularité du maréchal Pétain étaitconsidérable. « Pétain est le refuge immédiat qui donne aux Français un sentiment de sécurité que la IIIe République finissante ne leur avait pas procuré ». (Jacques Chapsal, Vie Politique en France de 1940 à 1958)
Le culte du maréchal, certes développé par la propagande officielle, n’est pas une création artificielle de Vichy. Les Français sont d’ailleurs beaucoup à croire que Pétain mène undouble jeu en accord avec de Gaulle contre l’Allemagne nazie.
Edouard Herriot (président de la chambre des députés) « Autour de monsieur le maréchal Pétain, dans la vénération que son nom inspire a tous, notre Nation est groupée dans sa détresse. Prenons garde de ne pas troubler l’accord qui s’est ainsi établit sous son autorité. »
A cela s’ajoute l’apparente toute puissance de l’Allemagne, lié àL’URSS face à L’Angleterre dont l’invasion semblait imminente puisque les Etats-Unis n’étaient pas sortis de leur neutralité.
En tout cas, le lendemain et le surlendemain , quatre actes constitutionnels suivaient immédiatement :
Acte constitutionnel n° 1 du 11 juillet 1940
Pétain assume les fonctions de chef de l’Etat français et fait savoir au président Albert Lebrun qu’il n’a plus qu’a...
tracking img