Le capital social

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2407 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
FEVRIER
2010
Y a-t-il un krach du capital social ?

Florine Branchu
Zoé Slama

Grands enjeux contemporains
08
Automne

On dénombre aujourd’hui plusieurs notions de capital social :
- La première, qui a un sens financier, correspond à l’ensemble des apports des associés. - La deuxième, est inspirée de la sociologie. Dans cette optique, on entend par «capital social» l’ensemble desliens et réseaux qui unissent des groupes et des personnes au sein de la communauté (qu’elle soit géographique ou professionnelle). Cette notion ne doit pas être confondue avec celle de cohésion sociale. Le capital social se définit donc par les relations sociales et par des normes et valeurs communes. On appelle cela du capital car il s’agit d’une ressource dans laquelle nous investissons pourobtenir un flux d’avantages.
Robert Putnam est un politologue américain rendu célèbre par ses écrits sur l’engagement civique, la société civile et le capital social. Selon lui, « par analogie avec les notions de capital physique et de capital humain, celle de capital social fait référence aux caractéristiques de l’organisation sociale [...] qui facilitent la coordination et la coopération pour lebien de tous ».
Des études ont montré que les réseaux de contact et l’engagement civique influent sur la qualité de vie en société et sur le degré d’efficacité des institutions sociales. En effet, il semble que la vie est bien plus facile au sein d’une communauté dotée d’un stock conséquent de capital social. Les nombreuses interactions entre individus élargissent la conscience que les membres ontd’eux-mêmes et entrainent l’émergence de la confiance en autrui. La présence de réseaux renforce alors le « goût » des individus pour les bénéfices collectifs.
-------------------------------------------------
Au cours de ses recherches, Putnam a élaboré une théorie selon laquelle, depuis les années 60/70, la plupart de nos sociétés contemporaines feraient face à un désengagement civique :baisse du taux de participation aux élections, diminution des adhésions à différentes associations ou clubs,… Peut-on pour autant parler aujourd’hui d’un krach du capital social ?
-------------------------------------------------

Capital humain : La théorie du capital humain fonctionne par analogie à celle du capital financier ou physique. On considère que le capital humain est formé de troiséléments : les compétences, les expériences et les savoirs qui, ensemble, déterminent une certaine aptitude de l’individu à travailler.

-------------------------------------------------
La société civile est « le domaine de la vie sociale civile organisée qui est volontaire, largement autosuffisant et autonome de l'État ». C'est le corps social, par opposition à la classe politique.-------------------------------------------------

1. Les Etats Unis : un exemple du déclin du capital social
A. Les preuves du déclin et le cas flagrant du « bowling alone » (cf annexe)
La mesure du capital social est très complexe. Un des moyens les plus courants est d’étudier le taux de participation ou d’adhérence aux différentes organisations qui constituent le capital social d’une société.
Putnama donc fait appel à de nombreuses données pour démontrer la baisse du capital social des Etats Unis. La plus évidente et la plus explicite est celle du taux de participation à tout type d’élections. Celui-ci, pourtant très élevé dans les années 60 a chuté d’environ 25% en 30 ans. Les études liées à l’engagement politique ou à la gestion des affaires publiques montrent que l’intérêt de la sociétéaméricaine pour ces sujets a énormément chuté en une génération. Cette indifférence croissante de la population s’accompagne de plus d’une baisse importante de la confiance des américains dans leur gouvernement.
Mais le déclin du capital social n’a pas que des explications politiques. L’ensemble des associations prisées pas les américains dans les années 60 font face à un désintérêt...
tracking img