Le langage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2864 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LE LANGAGE
Ce que parler veut dire

Introduction

C’est par le langage que se manifeste l’expérience humaine du temps. C’est par le langage que je m’inscris dans la temporalité. Si le discours est bien ce qui m’attache au temps et ce par quoi je m’inscris dans la temporalité, ce discours est aussi lui-même quelque chose qui dure. Il existe donc aussi un temps du discours, une temporalitélinguistique. Ce temps linguistique est lié à l’exercice de la parole et le présent c’est l’instant où la parole est en acte. Quand je parle, moi locuteur, et que je raconte ma journée, mon « aujourd’hui » devient aussi celui du récepteur, de celui qui m’écoute. Autrement dit le temps de mon discours devient aussi le temps linguistique de celui qui m’écoute. Le locuteur et le récepteur participent àla même temporalité, ils se situent dans un lieu ayant une référence commune.
« Telle apparaît la condition d’intelligibilité du langage révélée par le langage : elle consiste en ce que la temporalité du locuteur, est identifiée par celui-ci à la temporalité qui informe sa propre parole quand il devient à son tour locuteur » Benveniste, Le langage et l’expérience humaine, in Problème dulangage.
Cette participation à un même référent, montre que le langage ne se constitue pas dans une sphère solitaire, dans une subjectivité solipsisme, mais que le temps linguistique est l’œuvre d’une intersubjectivité.
Le langage est non seulement le lieu par lequel je suis en relation avec moi-même (quand je pense, je me parle), mais c’est aussi le lieu où l’intersubjectivité se réalise.

Dansce lieu, le langage se dédouble : je parle, et je veux mener une réflexion sur le langage. Le moyen de réfléchir sur le langage est le langage lui-même : discours sur le discours. Réflexion « modèle » de toute réflexion philosophique.

Le langage : entre nature et artifice. 

Le langage fait partie du champ de l’expérience. Il est sujet aux accidents historiques, aux mutations qui naissent deschocs entre les langues. Cette expérience porte sur les choses et sur les mots eux-mêmes. C’est l’aventure de la définition.
La définition porte « sur ce qu’est la chose et tout ce qui explique ce qu’est une chose est universel et affirmatif » Aristote, Analytiques secondes II, 3. Définir c’est distinguer, c’est dire ce que la chose n’est pas. La définition est à la fois une arme méthodologiquequi évite la confusion et, ce qui fonde ontologiquement la parole, puisque la définition dit ce qu’une chose est. C’est-à-dire ce qui fait un rapport entre le langage et l’être réel. La définition est expérience du langage menée sur le langage, elle est recherche et jeux de langage. La définition est aussi déjà le discours sur le discours, le métalangage. Elle est déjà moyen de réfléchir sur lelangage, un retournement du langage sur lui-même. C’est cela d’abord qui distingue le langage humain du langage animal : chez les animaux pas de métalangage.
C’est aussi pour d’autres raisons que le langage animal se distingue du langage humain et on va voir en quoi seulement l’homme possède un véritable langage.

Le langage animal n’est rien d’autre qu’un mode de communication.

Dans uneruche d’abeilles existe une division du travail entre les abeilles ouvrières, de telle sorte que celles qui jouent le rôle d’éclaireuses et recherchent les fleurs susceptibles de fournir du pollen soient capables d’indiquer aux butineuses l’emplacement de ces fleurs. Elles se livrent pour cela à une sorte de danse, en rond si le gisement est proche, en 8 s’il est plus éloigné, l’axe du 8 indiquanten ce cas la direction du gisement, et la plus ou moins grande vitesse du vol le plus ou moins grand éloignement du but à atteindre. Il est certain que par notre langage nous aussi nous communiquons. Mais seul le langage animal peut être décrit en terme de comportement. Tout comportement peut être défini comme la réaction d’un être vivant à une stimulation externe. Le langage humain n’est pas...
tracking img