Le lien social

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1810 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
SES. Terminale

Corrigé dissertation
Après avoir rappelé le rôle de l’Etat-providence dans la cohésion sociale, vous en montrerez les limites.
Travail préparatoire : Deux rappels sur le TP : 1- Ce qui est attendu est la précision du vocabulaire et la concision des réponses (10 lignes maxi) ce qui impose une minutieuse contrsuction au brouillon. 2- Il faut lire toutes les questions avant detraiter chacune pour éviter de certaines réponses empiètent sur d’autres. (Q2 et Q5 ou Q5 et Q6). 1- Que signifient les nombres entourés ? (document 1) [1 point] Votre tâche consiste ici à expliciter la notion d’indice, c'est-à-dire à montrer au correcteur que vous est capable de la comprendre. Dès lors les réponses qui, par exemple, se contentent de dire le nombre « le retraités était de 124 en2002 pour un base 100 en 1990 », ratent l’essentiel et ne font que de la paraphrase. Elles ne peuvent prétendre à plus d’un quart de la note. Si entre 1990 et 2002, le nombre de retraités a augmenté de 24% (124 – 100 / 100) en France, le nombre d’allocataires du RMI a été lui multiplié par 2,36 (236 / 100) sur la même période. 2- Pourquoi peut-on dire que le système des retraites repose encoreaujourd'hui sur une logique de l'assurance ? (document 1) (2 points) Il s’agit ici bien sûr de partir de la définition de ce qu’est la logique de l’assurance (cotisation permettent l’ouverture des droits, proportionalité entre cotisations et prestations), mais en s’appuyant sur les données du document 2. En effet, le « encore aujourd’hui » de la question suggère que pour couvrir ce risque la logiqued’assistance est également nécessaire. Il faut donc comparer le poids de chacun. Le système français des retraites repose essentiellement sur une logique d’assurance. En effet, d’une part, la majorité des retraités perçoit des pensions retraite, en contrepartie des cotisations versées durant leur vie active. D’autre part, le montant de leur pension est proportionnel au montant et à la durée de leurscotisations. Enfin, ce système par répartition (les actifs d’aujourd’hui paient les retraites des retraités d’aujourd’hui) impose un mutualisation obligatoire du risque : la cotisation est un prélèvement obligatoire, dont la prestation n’intervient que lors de la réalisation du risque. Si ce dispositif assuranciel est complété par un dispositif d’assistance (le minimum vieillesse, financé parl’impôt et destiné à ceux qui, n’ayant pas cotisé ou pas assez, se retrouvent sans ressources à un âge avancé) et des dispositifs d’assurances privées (retraites complémentaires), on remarque que le nombre de bénéficiaires des prestations retraite liées à l’assurance augmente ( +24% entre 1990 et 2002) tandis que ceux relevant de l’assistance (minimum vieillesse) sont en forte baisse (-49% de 90 à 2002).3- Comment la sécurité sociale peut-elle contribuer à relever le niveau de vie ? (document 2) (2 points) Répondre à cette question implique, bien sûr, de définir la notion de niveau de vie (ce qui sera valorisé). Il s’agit également d’expliquer par quels mécanismes la SS augmente le niveau de vie. La sécurité sociale, parce qu’elle remplit une double mission de protection et de redistribution,permet d’augmenter la consommation totale qu’un ménage peut consommer en fonction de son revenu disponible. D’une part, elle protège les individus contre les risques sociaux en leur versant des prestations sociales. En effet, la maladie et les accidents du travail, la vieillesse, le chômage et la maternité entraînent une baisse des revenus faute de pouvoir travailler durant ces périodes. En compensantces périodes d’arrêt par des prestations sociales la sécurité sociale évite ainsi que les revenus des ménages diminuent. D’autre part, en fournissant des services collectifs à titre gratuit ou quasi-gratuit (les soins ie), elle permet l’accès à des consommations jugées essentielles (porteuses d’externalités positives) à des populations qui, autrement, en auraient été exclus. 4) Expliquez...
tracking img