Le mythe de narcisse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2645 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
DM : Etude du Mythe de Narcisse.

I Narcisse dans Les Métamorphoses d’Ovide

1°/
a) Ce texte repose sur un principe de composition chronologique en trois parties distinctes. Ainsi, Ovide raconte la vie de Narcisse depuis sa naissance jusqu’à sa mort en approfondissant le déroulement de celle ci qui constitue l’essence même du mythe. Ovide répartit tous les éléments qui composent le texte entrois dimensions et il est possible d’avancer le plan suivant : I - I La naissance de Narcisse et du mythe qui l’accompagne. (p 98,
De « Tirésias » à « sens »
- II L’amour d’Echo pour Narcisse. (p 98 à 100, de« Elle fut justifiée » à « cette juste prière »)
- III L’amour de Narcisse pour lui même et la mort de celui-ci. (p 100 à 103, de « il était une source limpide » à la fin)

On peut supposer ce plan car la logique chronologique est respectée. Ainsi alors que dans une première et courte partie, Ovide profite du mythe précédent pour effectuer la transition avec celui de Narcisse, il présente lanaissance de celui ci : «  Céphise (…) Merveilleusement belle, devint grosse et mit au monde un enfant capable, dés sa naissance, d’être aimé des nymphes, et lui donna le nom de Narcisse. ». On constate également que dans cette première partie, une sorte d’oracle met en garde Narcisse quant à une vieillesse prolongée : « Oui s’il ne se connaît pas ». Cet oracle permet de faire la transition versla deuxième partie puisque d’abord incompréhensible, Ovide s’avance à l’expliquer.
La deuxième partie commence sur l’explication du mythe d’Echo. Elle relate de plus la rencontre entre Narcisse et Echo et l’amour de la nymphe pour le beau et innocent jeune homme : « Lorsqu’elle vit Narcisse errant à l’aventure dans la campagne et se fut enflammée pour lui, elle suit ses traces à la dérobé ». Onretrouve donc une cohérence avec la première partie, Echo étant une nymphe. Le rejet d’Echo par Narcisse (« Bas les mains (…) Je mourrais avant que tu n’uses de moi à ton gré ») permet d’ouvrir le texte sur la troisième et dernière partie, celle de l’amour que ressent Narcisse pour son reflet et sa mort : les nymphes déçues par Narcisse vont chercher à lui infliger le même sort que celui qu’ellesont vécu : « Qu’il aime donc lui même à son tour et de même ne puisse posséder l’objet de son amour. ».
La troisième et dernière partie raconte donc la mort du jeune homme. Alors que dans certaines versions du mythe, ce sont les déesses qui orientent Narcisse vers l’étang qui causera sa perte, celle d’Ovide laisse le hasard pour seul responsable. Narcisse tombe donc amoureux de son reflet et enmeurt. Sa mort est précédée d’une longue intervention de l’enfant qui semble, comme l’avait prédit l’oracle, périr puisqu’il se connaît. La logique du texte est donc respectée de façon chronologique.

b) On constate ici qu’Ovide a choisi un narrateur omniscient puisqu’il sait tout sur les pensées de Narcisse et d’Echo. Ce type de narration permet d’appuyer l’idée chronologique du texte, puisqueplusieurs fois, la narrateur va, d’une petite phrase, introduire un événement qui se passera plus tard dans le déroulement du mythe : « Elle fut justifiée par la façon dont tournèrent les choses ». De plus, le narrateur s’adresse lui même au jeune homme : « Cette ombre que tu vois, c’est le reflet de ton image », comme pour donner une dimension presque tragique au texte, sachant très bien que seulle lecteur peut être interpellé par ces phrases. Ovide va également faire intervenir Narcisse pendant un long moment (presque une page entière) : « Quand je tends les bras tu me les tends de ton côté, à mon sourire répond ton sourire ». Ce procédé permet d’ajouter une cohérence au texte, de l’humaniser et de l’affubler d’une dimension morale et caractéristique du mythe. Il y a beaucoup de...
tracking img