Le romantisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1515 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
|
 
La « Grèce antique » est le terme donné à la civilisation qui s’est développée, au cours de l’Antiquité, en Grèce et dans ses colonies.
les principales périodes de la Grèce antique |
| |
la Grèce archaïque | d'environ 800 à 500 avant J.-C. |
la Grèce classique | d'environ 500 à 332 avant J.-C. |
la Grèce hellénistique | de 332 à 146 avant J.-C. |
|
LES PREMIÈRESCIVILISATIONS GRECQUES
Vers 3000 avant J.-C., des peuplades probablement originaires d’Asie Mineure s’installent dans les îles grecques des Cyclades ; c’est la civilisation cycladique.
À partir de 2000 avant J.-C., des peuples indo-européens venus du nord occupent par vagues successives la Grèce et les côtes de l’Asie Mineure. À Cnossos (sur l’île de Crête), le palais du roi légendaire Minos donne son nom àl’une de ces civilisations : la civilisation minoenne.
Vers 1450 avant J.-C., c’est autour de Mycènes (dans le Péloponnèse) qu’une nouvelle civilisation se développe, la civilisation mycénienne. Les Mycéniens fondent de petits royaumes guerriers organisés autour de palais fortifiés. Ils apportent en Grèce deux nouveautés : le cheval et une céramique raffinée.
Vers 1100 avant J.-C., cettedernière civilisation disparaît en même temps qu’arrivent les Doriens, qui utilisent des armes en fer et des chars de combat. La période qui commence alors est mal connue. Elle dure trois siècles.
LA GRÈCE ARCHAÏQUE
Vers 800 avant J.-C., tous ces peuples de Grèce se sont mêlés pour n’en former plus qu’un seul : les Grecs. C’est à partir de ce moment que l’on parle de la Grèce archaïque, une période aucours de laquelle les cités grecques apparaissent.
La naissance de la cité
En effet, contrairement aux grands royaumes comme l’Égypte des pharaons, le monde grec est divisé en plusieurs centaines de cités indépendantes et souvent rivales, séparées par des montagnes et par la mer.
Chaque cité correspond à un territoire réduit, composé d’une ville souvent fortifiée et de la campagne quil’entoure. Elle a son propre gouvernement, ses lois et son dieu protecteur. Elle est peuplée de citoyens (qui forment le démos), de femmes, d’étrangers (les métèques) et d’esclaves.
La colonisation du bassin méditerranéen
Entre le viiie et le vie siècle avant J.-C., de nombreux Grecs quittent la Grèce pour s’installer sur les rivages de la Méditerranée, afin de commercer avec les autres peuples. Ils yfondent de nouvelles cités, appelées des colonies.
Si la colonie est indépendante de la métropole (la cité dont sont originaires les citoyens qui vivent dans les colonies), elle garde cependant souvent des liens étroits avec celle-ci. Vers 600 avant J.-C., les Grecs sont installés dans de nombreuses régions autour de la mer Méditerranée et de la mer Noire.
Le sud de l’Italie est l’une de cescolonies ; les Grecs l’appellent la Grande Grèce.
La culture du monde grec
Malgré leurs divisions, les Grecs sont unis par une culture commune.
Ils parlent la même langue et utilisent le même alphabet. Les poèmes d’Homère, l’Iliade et l’Odyssée, servent de base à l’éducation des plus jeunes.
Les Grecs croient aussi aux mêmes mythes, qui racontent les aventures des dieux et des héros qui leur sontcommuns. Tous ont en effet la même religion. Ils rendent un culte à leurs dieux dans des temples et des sanctuaires, comme celui d’Apollon à Delphes et celui de Zeus à Olympie.
Enfin, où qu’ils vivent autour de la Méditerranée — qui, selon Platon, les réunit « comme des grenouilles autour d’une mare » —, les Grecs se retrouvent dans les mêmes fêtes. L’appartenance à cette même civilisation distingueles Grecs de ceux qu’ils appellent les « Barbares ».
LA GRÈCE CLASSIQUE
Vers 500 avant J.-C., la Grèce devient la puissance dominante en Méditerranée. La civilisation grecque entre alors dans ce que les historiens appellent la période classique.
Les guerres médiques : les Grecs contre les Perses
La colonisation met les Grecs en contact avec de nombreux peuples, dont les Perses, qu’ils...
tracking img