Le structuralisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1165 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 novembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
UNIVERSITE HASSIBA BENBOU ALI –CHLEF-DEPARTEMENT DE FRANÇAISModule : Courants et concepts linguistique 2 Enseignante : Melle. MEDANE Niveau : 2éme année 2011-2012 |
|

Description des unités supérieures de signification
-Introduction-

Rapide survol historiqueLe XIXème siècle a été la grande époque de la morphologie. Dans le cadre de la grammaire comparée, les grammairiens allemands et français ont élaboré, à partir de la forme des mots, et notamment de leurs ressemblances formelles, l’hypothèse d’une origine commune à de nombreuses langues, appartenant à une seule famille dite indo-européenne. Les manuels de grammaire (grammaire française, grammairede l’ancien français, grammaire latine) témoignent de cet intérêt de l’époque pour la morphologie : ils ont été longtemps beaucoup plus morphologiques que syntaxiques.
Les travaux sur la syntaxe ont considérablement évolué et se sont développés avec l’apparition, vers 1930, des linguistes distributionnalistes qui ont instauré dans la description des langues la méthode d’analyse distributionnelle.Distributionnalisme
L’approche du distributionnalisme est inductive. Elle part des faits pour induire des généralisations.
Les distributionnalistes cherchent à élaborer par la systématisation de l’opération de commutation, une procédure dite de découverte, qui produirait mécaniquement une description grammaticale à partir d’un corpus.
1- Ce courant apparaît aux Etats-Unis vers 1930. L.Bloomfield Language 1933
La théorie est développée et formalisée par Z. Harris
2- Plusieurs facteurs expliquent l’apparition de cette méthode :
-la découverte de l’existence sur le continent américain de 150 familles de langues (ce qui représente plus de 1000 langues). Elles posent des problèmes car elles se présentent sous la forme d’un matériel linguistique oral et non codifié. Si le mot semblefacile à reconnaître dans une phrase écrite, il n’en va pas de même dans la chaîne parlée.
3- Les principes de l’analyse structurale : le distributionnalisme.
3-1-Origine : Bloomfield est à l’origine du distributionnalisme. Cette école tire son nom de la « distribution » des unités que l’on étudie.
3-2-L’objectif du distributionnalisme : Appliquer à la langue anglaise, de manière mécanique, lestechniques mises au point pour les langues amérindiennes.
3-3- Le béhaviorisme : Bloomfield est influencé par la théorie du comportement, appelée béhaviorisme (de « behaviour »: le comportement). Le béhaviorisme, appelé « psychologie du comportement » se présente comme une étude objective de l’homme. Il rejette toutes les analyses qui font appel à l’intuition pour s’en tenir à une observationrigoureuse des manifestations extérieures du comportement du sujet. La tâche de la linguistique sera de décrire les rapports entre stimulus linguistique et réponse linguistique.
Le sens n’a alors rien à voir avec une analyse de Sé ou de concept. Le sens est évacué des messages.
Etudier le langage revient à étudier des enchaînements de stimulus et de réactions linguistiques liées à ces stimulus.3-4-Les caractéristiques de la méthode :
a) Les combinaisons et les hiérarchies : La théorie structurale conçoit l’énoncé comme une combinaison d’éléments. La langue présente une série de rangs hiérarchisés :
-phonologiques,
-morphologiques,
-phrastiques ;
où chaque unité est définie par ses combinaisons avec les autres unités ou avec des unités supérieures.
b) Le principe de l’immanence : Onappelle immanente une recherche qui définit les structures de l’objet qu’elle étudie par l’étude des relations des termes intérieurs à son objet. On étudie les rapports des termes entre eux. Il n’y a pas d’extra-linguistique, c’est-à-dire pas d’étude sur des éléments qui n’appartiennent pas à la grammaire.
4- La méthode :
4-1-Le corpus : Les linguistes s’aperçoivent que l’on n’a jamais...