Logiqtique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1132 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les services Logistiques au Maroc
Le Maroc est à la recherche d’une croissance forte qui lui permettrait de réduire son taux de chômage et par conséquent son niveau de pauvreté. En effet, la croissance a atteint en moyenne 3.5 % au cours des années 1996-2000 et 4.6% au cours des années 2001-2004. La nécessité de croissance forte, le gouvernement marocain a cherché à augmenter la productivité dupays, développer ses exportations, attirer l’investissement étranger et enfin favoriser l’investissement national. Le Maroc est passé d’une éco fermée à une économie ouverte, reposant désormais sur le secteur privé. Ces reformes sont les fondations nécessaires pour le nouveau décollage de l’économie marocaines, l’un des piliers de l’économie marocaine est le secteur exportateur
L’économiemarocaine « a pu, en 2009, réaliser des résultats satisfaisants en dépit des effets » de la crise mondiale », qui a « révélé les fragilités de la « situation financière et économique » du Maroc, a déclaré samedi à Casablanca Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al Maghrib (banque centrale du Maroc).
« La crise mondiale a démontré la capacité de l’économie nationale à résister aux chocs exogènes, mais aaussi révélé les fragilités, notamment au niveau du déficit structurel des échanges commerciaux », selon M. Jouahri lors d’une présentation devant le roi Mohammed VI, à Casablanca, du rapport annuel sur l’économie marocaine.
« Grâce à une campagne agricole exceptionnelle », la croissance globale a été maintenue à un rythme avoisinant 5% » et l’inflation « n’a pas dépassé 1% », a précisé M. Jouahri.Mais selon ce dernier, en 2009, « le déficit budgétaire a atteint 2,2% du PIB, tandis que le compte courant de la balance des paiements a de nouveau dégagé un déficit qui s’est traduit par la contraction des réserves de change ».
«L'industrie de l’immobilier du Maroc défie le ralentissement économique mondial et a augmenté au cours de 2010». C’est le constat établi par le cabinet d’étudesaméricain, Research and Markets, dans son dernier rapport baptisé «L'avenir de la construction au Maroc d'ici à 2015». Selon les observations du rapport, si le marché de la construction en général a pu enregistrer un taux de croissance malgré la crise, c’est grâce aux «réformes engagées par le gouvernement». Research and Markets fait notamment référence à «la libéralisation, la modernisation ainsi qu’àla privatisation des secteurs gérés par le gouvernement précédemment avec une croissance de 22,0% en 2007».
Les efforts du gouvernement en matière de construction et de rénovation des infrastructures nationales (routes, aéroports et ports maritimes), auraient selon le rapport permis à l’État d’augmenter son capital de près de 28,3 milliards de dollars US en 2009. L’investissement à long terme,qui devrait pratiquement tripler d’ici 2014, ajoute le rapport, va porter les rentes nationales dans le secteur à plus de 38 milliards de dollars US (en 2004 elles étaient à 12,3 MM). Mais ce n’est pas tout. Ce rapport, réalisé auprès d’entreprises nationales impliquées dans les marchés publiques, fournit également une analyse des perspectives de l’industrie de la construction au niveau national àl’horizon 2015
Le principal défi pour le Maroc est de réaliser une croissance forte et surtout durable pour résorber le chômage et la pauvreté. Parmi les progrès observés ces dernières années, figurent, notamment, la modernisation de l’administration douanière, la privatisation des entreprises publiques, la réforme des télécommunications et la libéralisation commerciale prévue par l’accordd’association conclu avec l’UE. Le Maroc poursuit par ailleurs sa politique d’ouverture sur l’extérieur à travers la mise en œuvre de l’Accord d’association Maroc-UE et la conclusion de plusieurs accords de libre-échange, notamment avec la Turquie, les USA et les pays arabes. En outre, le contexte économique du Maroc se caractérise aujourd’hui par le lancement de grands chantiers d’infrastructure...
tracking img