Medieval

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1853 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Anca Mihaela Apolozan
Master II, Littérature Française – Perspectives Anthropologiques
Représentations du Corps

Pour comprendre une période historique qui reste dans la mémoire collective comme l’âge de la mystique religieuse et des rituels peut-être bizarres et incompréhensibles, il faut tout d’abord tracer quelques coordonnées historiques et sociologiques qui pourraient nous mieux fairecomprendre ce terrible XV siècle. On doit tout d’abord mentionner les conflits qui existaient entre l’Angleterre et la France, c'est-à-dire la Guerre de Cent Ans, dont l’origine furent les prétentions émisses par le roi d’Angleterre Edouard III au trône de la France. Il faut aussi rappeler un autre événement qui jeta l’Europe dans un aigu état de désespoir, une épidémie de peste entre 1348-1352,qui tua une tiers de la population de l’Europe. Même si cette catastrophe démographique n’est pas une cause directe de la fin de la civilisation médiévale, elle a accéléré des changements des mentalités qui étaient déjà en route. La sensibilité religieuse, face à ces désastres aiguisa; quelle que soit leur condition sociale, les hommes ressentaient le besoin d’un contact immédiat avec la divinité.Il surgit un bouquet de toute sorte de comportements, l’individu essaye de trouver un sens et un raisonnement au milieu du chaos et du fatidique: les nobles firent bâtir des chapelles privées dans leurs châteaux; apparut la mode des autels portables; malgré les injonctions de l’Eglise, les gens simples s’assemblaient pour lire l’Evangile et le commenter. On ressentit de nouveau le besoin detraduire la Bible. Trouvant l’application et l’interprétation biblique ordinaire des calamités comme un châtiment divin pour l’infidélité des hommes, on jugea que l’Eglise avait besoin d’une réforme morale radicale. Dans ce contexte compliqué, on découvre que la mort s’était en fait constituée dans une partie importante de la vie quotidienne, comme si on s’était habitué à sa proximité. On nel’ignorait pas et à coup sur au Moyen Age on ne tachait pas a cacher cette dimensionne. La Mort se trouvait parmi les hommes, un élément intégrant de la vie sur Terre. Alors elle devient présente dans la peinture, dans la littérature, dans la musique. On se confronte à une image de la Mort très prégnante et à une diversité de ses représentations, parmi lesquelles La Danse Macabre. La Danse Macabre, nomméeaussi Danse Macabrée ou la Danse des Morts, était une forme de danse allégorique dont l’origine se trouve soit dans la peinture, soit dans le théâtre. On sait que la thèse de M. Mâle, qui considérait les motifs de la peinture du XVe siècle comme empruntés aux représentations dramatiques, n'a pu, dans son ensemble, résister à la critique. Toutefois, il se pourrait qu'il fallût faire une exceptionen faveur de la danse macabre et qu'ici, en effet, la représentation scénique eût précédé celle des arts plastiques, En tout cas, la danse macabre a été jouée aussi bien que peinte et gravée. Le duc de Bourgogne la fit représenter en 1449 dans son hôtel de Bruges. Que ne pouvons-nous nous faire une idée de cette mise en action: des couleurs, des mouvements, du jeu des ombres et de la lumière surles personnages! Cette représentation nous ferait comprendre la profonde épouvante engendrée dans les esprits par la danse macabre. On retrouve l’idée de la Danse Macabre dans une écriture du 1280, le Dit des trois morts et des trois vifs. Trois jeunes nobles rencontrent soudainement trois morts affreux qui leur racontent leur grandeur passée et avertissent les trois vivants de leur fin prochaine.La représentation des trois morts et des trois vifs forme le chaînon qui relie l'horrible image de la putréfaction et l'idée de la danse macabre : l'égalité devant la mort. Au rappel de la vanité des choses du monde, on joignait une leçon d'égalité sociale, et cette intention mettait, par la nature des choses, les hommes à l'avant-plan. La danse des morts n'était pas seulement une pieuse...
tracking img