Memoire armee russe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 21 (5189 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La transformation de l’armée russe
*
* Introduction

A la chute de l’URSS, l’Armée Rouge, fierté du régime et de la population, et véritable épouvantail affolant l’imagination des démocraties occidentales, doit faire face à de profonds bouleversements. Assistant non seulement au démantèlement de ses troupes entre les nouvelles républiques indépendantes, elle est également confrontée àla disparition de l’affrontement idéologique ayant rythmé la guerre froide, et à l’émergence d’un monde multipolaire dans lequel les formes de puissance sont multiples.
Confrontée à de sérieuses difficultés structurelles, organisationnelles et financières, l’armée de la toute nouvelle Fédération de Russie doit subir de lourdes réformes afin de pouvoir faire face aux nouveaux défis posés par unmonde multipolaire et interconnecté.

Une armée confrontée à de nombreuses difficultés

La difficile transition de l’ère post-soviétique

Lorsque les autorités de la Fédération de Russie créent leurs forces armées, le 07 mai 1992, c’est à contre coeur et en raison l’impossibilité de maintenir une armée commune intégrée au sein de la nouvelle Communauté des Etats Indépendants (CEI). LaFédération de Russie se retrouve face à des forces pléthoriques de 3 millions d’hommes, dont l’organisation héritée de l’ère soviétique est totalement inadaptée à la nouvelle situation socio-économique et politique du pays.

Durant les années 90, l’armée russe connaît une profonde désorganisation due à la coexistence de deux phénomènes opposés. Au sein de l’institution, de très forts courants s’opposentà toute tentative de réforme en profondeur. Les officiers supérieurs, incapables de prendre la mesure des transformations technologiques, doctrinales et stratégiques des dernières années, ou d’intégrer les nouvelles contraintes économiques, refusent d’envisager une diminution des effectifs ou une professionnalisation des forces, tout en minimisant le retard technologique de leur armement. Legouvernement russe, quant à lui, se trouve face à de considérables difficultés budgétaires et doit se résoudre à diminuer ses dépenses : il devient impossible pour les autorités de continuer à soutenir des armées trop nombreuses et dont le fonctionnement est loin d’être pleinement efficace. Alors que certains spécialistes en économie estiment que le juste niveau des armées russes doit se situer àenviron 900 000 hommes, les responsables militaires continuent de plaider pour un effectif de 1,5 à 2 millions d’hommes.
La conséquence en est, selon Jacques Sapir, le sacrifice des capacités opérationnelles au profit « des effectifs et de l’apparence ». La diminution du budget « opérations » provoque une baisse notable de la qualité de l’entraînement des militaires. Dans l’armée de l’air, parexemple, les pilotes de combat sont autorisés à effectuer 35 heures de vol par an en 1996, 20 à 30 heures en 1998. A titre de comparaison, ce quota est aujourd’hui d’environ 180 heures par an et par pilote pour un pilote de chasse de l’armée de l’air française. Autre aspect préoccupant, en 2000, seules 2 ou 3 divisions russes parmi la douzaine existant sont réellement prêtes au combat, et, en 2006,Vladimir Poutine déplore que seuls 55 000 hommes, sur les 1 400 000 que comptent l’armée russe, soient réellement prêts au combat alors qu’il en faudrait au moins 65 000, rien que pour combattre efficacement le terrorisme. Si le niveau de qualification du personnel est préoccupant, il en est de même du maintien en état du matériel. Le naufrage du sous-marin Koursk, le 12 août 2000, met en évidence leslacunes dans la maintenance des torpilles. Le taux d’attrition des aéronefs russes, et le faible taux de sortie des navires montrent eux aussi d’évidentes difficultés à maintenir en état un matériel vieillissant. Il semble donc qu’il soit plus que temps, pour l’armée russe, de cesser de privilégier la quantité sur la qualité et de procéder rapidement à une mise à niveau de son armement, de...
tracking img