Philo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1735 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CONSEILS POUR LA DISSERTATION PHILOSOPHIQUE

P
RINCIPE DE LA DISSERTATION PHILOSOPHIQUE :
1. Toute dissertation philosophique est la libre recherche rationnelle d’une solution à un problème philosophique.
Toute dissertation doit donc commencer par poser le problème philosophique du sujet, puis l’examiner et le discuter rationnellement (en présentant des arguments raisonnés et une réflexionsuivie), - honnêtement (en n’oubliant pas les objections sérieuses à ces arguments), - dans le but de trouver une solution rationnelle – qui s’adresse à la raison de n’importe quel lecteur, qui ne se contente donc pas d’exprimer les sentiments de celui qui écrit.
On vous demande donc tout à la fois : - de penser par vous-même, et non pas de réciter un cours par cœur, - et de penserrationnellement, en assurant un lien logique entre vos arguments.
2. Si on ne voit pas de problème, il n’y a pas de dissertation possible.
Il faut donc impérativement poser un problème correspondant au sujet. Le problème philosophique n’est pas seulement la question du sujet ; mais c’est le conflit, sur une même question, entre deux opinions communes et/ou thèses philosophiques différentes, voire mêmeopposées, apparemment aussi convaincantes et légitimes l’une que l’autre.
Il faut bien lire la question posée. Puis il faut la transformer en un problème philosophique précis (qui se pose réellement, qui ne soit pas fabriqué fictivement pour se donner à tout prix un prétexte d’écrire quelque chose). C’est-à-dire qu’il faut essayer de montrer que, sur cette question, deux opinions communes et/ou thèsesphilosophiques s’opposent radicalement, et que cela vaut la peine de se poser une telle question (son enjeu). ⇒

I
NTRODUCTION : Elle doit poser un (seul) problème ; c’est sa fonction essentielle.
Pas d’introduction sans problème !
Ne vous contentez pas de la question posée, comme si vous deviez répondre par oui ou non ou ça ne m’intéresse pas…
Ne reformulez pas non plus le sujet d’uneautre manière (risque de hors sujet).
Mais vous devez d’abord montrer qu’un problème existe réellement et vous oblige à poser la question et à y réfléchir. A y réfléchir, non pas parce que beaucoup de gens se la poseraient (n’écrivez pas « de tous temps les hommes…, depuis la nuit des temps…, la question qui est posée est importante, beaucoup de philosophes se la sont posée avant nous… ») ; non,mais parce qu’elle découle d’un problème ‘‘universel’’ (= qui concerne tous les hommes).
C’est-à-dire qu’une ‘‘bonne introduction’’ doit analyser la question pour trouver le problème (et non pas une autre question).

ANALYSE ET PROBLEMATISATION DU SUJET :
Il faut donc toujours commencer par analyser la question du sujet ; c’est impératif !
1. En effet, il faut savoir exactement de quoi ilest question, et savoir si le sujet a un ou plusieurs sens possible(s). Exemple : « Peut-on reprocher à l’art d’être inutile ? » - impossible de réfléchir sérieusement à cette question sans analyser le sens de « reprocher » et d’ « inutile », et sans apercevoir le sous-entendu discutable, l’idée reçue : l’inutilité serait toujours forcément un défaut !
Il faut donc définir les mots du sujet, poursavoir de quoi on parle.
2. Définissez les mots du sujet, mais pas pour faire plaisir au correcteur : Il faut que ça serve à la dissertation. → Définissez les mots seulement d’après leur sens dans la phrase du sujet et dans le problème dégagé, et non pas isolément comme dans un dictionnaire.

D
EVELOPPEMENT :
1. Deux défauts opposés :
* Ou bien vouloir dresser le catalogue detoutes les théories sur le sujet ; c’est le plus sûr moyen de partir hors sujet.
* Ou bien prétendre traiter le sujet par soi-même, sans se servir d’aucune grande thèse philosophique ; c’est le plus sûr moyen de rédiger une copie pauvre et banale. ← On ne peut pas vraiment penser philosophiquement par soi-même si on ne s’appuie sur aucun auteur philosophique. Il est...
tracking img