Philosophie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2154 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Philosophie : Explication de texte

Dans ce texte, l’essence du christianisme, l’auteur parle de la conscience et de son rôle dans la capacité de science. En effet L.Feuerbach évoque ce thème au travers d’une thèse qu’il argumente tout au long d’un texte. Ainsi, l’auteur nous fait partager son regard sur tout ceci au travers de son idée directrice : l’homme à une conscience unique à l’originede sa capacité de science.
A cette argumentation l’auteur se pose une question philosophique majeure : Qu’est ce que l’homme ? Cependant, au travers cette question c’est aussi se poser beaucoup d’autre interrogations qui découlent de celle-ci, notamment ; qu’est ce que la science ? Qu’est-ce que la conscience ? Parallèlement, ce texte évoque d’autres enjeux eux aussi très important ; laconscience existe-elle sous différents degrés ? N’est-il pas possible de faire évoluer sa conscience, les animaux ne peuvent-ils pas acquérir la capacité de science ? La capacité de conscience n’est donc qu’un caractère dans l’espèce ?
Dans le but d’analyser le texte, celui-ci fut préalablement divisé en trois parties succinctes. Ainsi de la l.1 à l.7 « Quelle est donc la différence essentielle… sapropre essence. » Dans cette partie l’auteur va évoquer la différence majeure entre l’homme est l’animal. La seconde partie va être plutôt consacrée à argumenter et à appliquer ce qu’a établit l’auteur dans la partie précédente. Cette partie commence l.7 « l’animal est sans doute » et se termine l.11 «conscience des espèces». Enfin, dans la troisième et dernière partie l’auteur expose sa thèse dont lavéracité était argumentée dans ce qui précédait l.11 « conscience des espèces » à l.14 « autres que lui ». Ce passage il va essayer de montrer le lien en conscience, science et la religion.

L’homme est un être qui évolue, change, bâti et croit (en dieu…). Or nous savons pourquoi il évolue, pour survivre, pourquoi il change, pour s’adapter, pourquoi il bâti, pour survivre selon Aristote. Or dansce texte, l’auteur tente de nous dire pourquoi l’homme croit, quelle est l’essence du christianisme ? Cette première phase est consacrée à l’étude de la première partie du texte. Tout d’abord il faut rappeler que dans cette partie l’auteur émet des arguments dans le but d’appuyer la thèse qu’il donne à la fin du texte. Dans un premier temps l’auteur se pose une question l.1 « Quelle est ladifférence essentielle entre l’homme et l’animal ? » En analysant les différents termes de cette question, nous pouvons déjà évoquer le fait que l’auteur met en place une différence entre l’homme et l’animal. En effet le mot  « différence » et le sens de la question impliquent le fait que l’homme n’est pas un animal. Il existe donc au moins une différence majeure qui permet à l’homme d’être au-delà del’animal, ou bien, inférieur. Cependant la réponse à cette question est capitale car elle permet de mettre en évident qui de l’un ou de l’autre semble être supérieur. En effet on sait de part la question qu’il existe une différence mais on ne sait qui à un manque par rapport à l’autre. A cette question l’auteur répond : l.2 « c’est la conscience et nous informe que cette réponse semble être la plus« générale », ou la plus « populaire ». La conscience peut être définie dans les grandes lignes comme une présence au monde ou une présence à soi. Cependant ce terme capital que représente la conscience n’est pas juste posé dans ce texte. En effet bien que l’auteur évoque la conscience comme étant la différence essentielle entre l’homme et l’animal, il n’en demeure pas moins qu’il argumente ses proposen donnant une « définition » de ce qu’est la conscience. Cette définition est d’autant plus intéressante qu’elle est diviser deux parties. En effet, il met en place la conscience au sens strict, et une conscience largue comme si la conscience était un ensemble constitué de plusieurs parties. Tout cela de telle sorte que la conscience soit tout comme la citée d’Aristote (l’homme animal...
tracking img