Resume sur voltaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2314 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Voltaire
1. | | Présentation |
Voltaire (1694-1778), homme de lettres et philosophe français, auteur d’essais et de contes philosophiques qui témoignent de son souci de vérité, de justice et de tolérance.
2. | | Voltaire, dramaturge mondain |
Né à Paris dans une famille de commerçants jansénistes enrichis par la récente acquisition d’une charge de receveur à la Cour des comptes,François Marie Arouet, dit Voltaire, est élevé chez les jésuites du collège Louis-le-Grand. L’influence exercée par les membres de la Compagnie de Jésus sur l’esprit de Voltaire se vérifie à sa prodigieuse maîtrise de la rhétorique, à son goût de la discussion, du théâtre et de l’histoire. Parallèlement, il est introduit dans les milieux mondains par son parrain, l’abbé de Châteauneuf, qui le présentemême à la célèbre courtisane Ninon de Lenclos. Ainsi, dès l’âge de vingt ans, Voltaire fréquente les salons parisiens et s’adonne à une littérature mondaine, sinon légère. Son insolence et son indépendance d’esprit, que l’on pourrait imputer à une certaine forme d’inconscience, lui valent d’être emprisonné onze mois à la Bastille pour avoir osé écrire des libelles contre le Régent. Dès sa sortie deprison, le jeune Arouet adopte le pseudonyme de Voltaire. Sous cette nouvelle identité, il fait représenter sa première tragédie, Œdipe (1718), qui connaît un honorable succès et est suivie de plusieurs autres pièces entre 1720 et 1725. Dans le même temps, il se consacre à la composition d’une épopée, la Ligue, qu’il publie en 1723 et qu’il remanie pour en faire la Henriade. L’image que le jeuneécrivain impose à ses contemporains est donc extrêmement traditionnelle, puisque la tragédie et l’épopée sont les deux grands genres de l’esthétique classique. Ce n’est pourtant pas pour cela que la postérité élèvera Voltaire au rang des plus grands écrivains français.
3. | | Le séjour en Angleterre : les Lettres philosophiques |
À la suite d’une altercation avec le chevalier de Rohan, Voltaireest embastillé une nouvelle fois et doit s’exiler à sa libération. Il passe ainsi deux ans et demi en Angleterre. La découverte de la monarchie parlementaire et libérale anglaise, qu’il considère comme exemplaire, influence considérablement ses idées politiques. Voltaire y découvre en effet la tolérance, vertu qu’il ne cessera de défendre sa vie durant. En procédant dans Letters Concerning theEnglish Nation (1733), rédigées en anglais à l’éloge des mœurs politiques anglaises, il fustige les abus du despotisme monarchique français et dénonce l’esprit intolérant et coercitif qui règne dans la société française. De retour en France, Voltaire publie plusieurs pièces, telles que Brutus (1730) et Zaïre (1732) ; cette dernière tragédie, écrite en trois semaines, obtient un immense succès. En1734, il traduit et remanie les Lettres anglaises pour les augmenter : elles sont publiées de nouveau, sous le titre de Lettres philosophiques.
Parce qu’il traite de la liberté politique et religieuse, parce qu’il célèbre la prospérité et le progrès comme les avancées de la science, parce qu’il expose la doctrine du matérialisme de Locke, tout en affirmant (à propos d’une lecture des Pensées dePascal) une foi optimiste en la nature humaine, l’ouvrage devient un véritable manifeste des Lumières. Le livre est interdit pour ses idées réputées dangereuses. Voltaire décide de braver l’interdiction et, menacé d’arrestation, est contraint de se réfugier en Lorraine, à Cirey, chez son amie Mme du Châtelet. Cet esprit pugnace et vindicatif, révélé par les Lettres philosophiques, qui tend à imposerun tour piquant aux moindres idées fonde les opinions les plus diverses et les jugements les plus partagés sur l’œuvre de Voltaire.
4. | | La retraite à Cirey : les essais philosophiques |
Retiré à Cirey, Voltaire s’adonne à l’étude et à l’écriture. Il y compose plusieurs pièces de théâtre, la Mort de Jules César (1735), Alzire ou les Américains (1736), Mahomet (1741) ou encore Mérope...
tracking img