Risques et dynamiques de la conjoncture actuelle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2223 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Affirmer que la conjoncture actuelle est caractérisée par une situation de crise profonde relève désormais du poncif. Pour ainsi dire, cette crise, dite des « subprime », en référence aux crédits hypothécaires accordés par les banques américaines aux ménages désireux d'acquérir un bien immobilier, s'avère, à bien des égards, être sans commune mesure avec les crises qui ont eu lieu ces 50dernières années. Les facteurs à l'oeuvre y sont multiples mais bon nombre d'observateurs reconnaissent cependant de manière unanime que celle-ci a eu comme point de départ les Etats-Unis et, plus particulièrement, l'effondrement de la valeur des actifs dits « subprime » sur les marchés financiers, ceci à cause de la multiplication des défauts de la part des ménages sur le remboursement de leur emprunt.Au niveau des marchés, la crise se propage d'autant plus facilement que les marchés financiers et les différents acteurs qui les composent sont interdépendants et atteint, par ce biais, l'économie réelle dans sa totalité. Ce sont donc l'ensemble des acteurs de l'économie qui se retrouvent ainsi affectés par ce qui n'était, au départ qu'un événement circonscrit au seul domaine financier.Les évolutions futures de cette crise sont donc extrêmement négatives et tous reconnaissent le besoin d'une intervention directe ou indirecte des pouvoirs publics afin de pouvoir y apporter une solution. Ceci étant, comment pouvons-nous analyser le risques et les dynamiques du contexte actuel à l'aune des modèles théoriques de marché couramment utilisés, qu'ils soient Néoclassique ou Keynésien? Leconstat d'une situation de déséquilibre important des marchés constitue le point de départ de notre analyse qui

I) Une situation de déséquilibre.
A) Les théories néoclassique comme premiers fondements de l'analyse.
D'un point de vue néoclassique, les marché fonctionnent en situation de concurrence pure et parfaite dans laquelle les prix sont parfaitement flexibles. L'équilibre entrel'offre et la demande sur ce marché passe les mécanismes de fixation des prix des biens échangés et, comme le montre clairement la loi des débouchés de Say, un déséquilibre y est donc impossible. La monnaie n'est par ailleurs jamais demandée pour elle-même, son rôle se limite uniquement à faciliter les transactions sur les marchés. Dans le contexte actuel, on peut voir la crise qui affecte le marchéde l'automobile comme un moment intermédiaire dans la formation de l'équilibre entre l'offre et la demande. En effet, la production trop importante de ces dernières a eu comme conséquence la diminution la demande et donc des prix, plaçant, du coup, l'ensemble des acteurs de cette industrie dans l'obligation de réduire leur production afin de faire augmenter les prix et la demande. A partir delà, comme le démontre Léon Walras, l'équilibre réalisé sur ce marché entrainera un équilibre général sur l'ensemble des marchés.
Enfin, le revenu qui n'est pas destiné aux transactions sur les marchés est destiné aux marchés des capitaux (investissement) ou bien peut être épargné dans le but de bénéficier des rémunérations du taux d'intérêt. La confrontation entre ces deux éléments forme ce quel'on appelle le taux d'intérêt (r*), comme on peut le voir à travers le schéma ci-dessous:

L'épargne (S) est donc une fonction croissante du taux d'intérêt tandis que l'investissement (I) est une fonction décroissante du T.I, donc plus le taux d'intérêt est élevé, moins les agents voudront placer leur revenus dans les marchés de capitaux (C). Ceux-ci confrontent simplement la productivitémarginale du capital au niveaux des taux d'intérêt. Cette théorie peut nous servir de cadre d'analyse pour comprendre la crise qui touche durement le secteur financier aujourd'hui. Ces derniers mois, le déplacement de sommes considérable des marchés de capitaux en direction des épargnes de type livret A illustre bien ce choix rationnel que font les agents lorsque la productivité marginale devient...
tracking img