Rvolution industrielle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1774 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mai 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION
 
Sous la Monarchie de Juillet, la société connut un exceptionnel enrichissement qui se poursuivit pendant tout le Second Empire après les troubles de 1848. L'épargne augmenta considérablement et l'industrie connut un essor remarquable. La population de Paris grandit et l'amélioration des transports (omnibus et chemin de fer) permirent la venue d'une foule de personnes. Pourécouler une production de masse, l'industrie textile avait besoin d'un commerce dont les prix et l'accueil stimuleraient les achats : le temps des grands magasins était venu.

Au 19e siècle, la révolution industrielle fait souffler un vent nouveau sur la distribution. Ce grand chamboulement du commerce a fait naître des initiatives révolutionnaires pour l’époque sur les grands boulevards. Enfin desmagasins de nouveautés proposent pour la première fois sous la même enseigne tout le nécessaire à la toilette féminine : draperie, soierie, mercerie, bonneterie, dentelles, fleurs…

La deuxième moitié du 19ème siècle vit à la fois l'arrivée du fer et de principes commerciaux nouveaux : vendre beaucoup et à bas prix, permettre l'entrée libre des clients, afficher des prix fixes (alors qu'ilsétaient auparavant "à la tête du client"), donner la possibilité d'être remboursé. Les deux se combinèrent pour donner de magnifiques palais de fer et de verre voués aux plaisirs de la société de consommation naissante.

Les grands magasins sont apparus au début du XIXe siècle. Ils font suite aux magasins de nouveautés, apparus dans la deuxième partie du XVIIIe siècle. Ils allient les prix fixes etaffichés, l'entrée libre, une marge faible compensée par un volume d'affaires important, une offre large, régulièrement renouvelée et soutenue par les réclames.

I- Les grands magasins parisiens du 19ème siècle
Le premier de tous sera fondé par Aristide Boucicaut. En 1852, il s'associe à l'exploitant d'un modeste magasin à l'enseigne du Bon Marché. En mettant en pratique des méthodes marketingincroyablement modernes il voit son chiffre d’affaires s’envoler. Dans le même temps, en 1855, année de l'Exposition Universelle, les Grands Magasins du Louvre ouvrent leurs portes, suivis par La Samaritaine en 1865, Le Printemps en 1869 et Galeries Lafayette en 1893. Toutes ces surfaces de vente optent pour une théâtralisation des ventes. Les grandes coupoles de verre alors dans l’air du temps etle grand escalier central font éclater la lumière et les bonnes affaires. Le tout Paris se précipite ! En reproduisant à des prix accessibles avec leurs propres ateliers et modélistes les toilettes des élégantes, les Grands magasins inventent le prêt-à-porter !
Le premier magasin à offrir un vaste choix de rayons (département) différents sur une très grade surface fut à paris le bon marché fondéen 1852 par Aristide Boucicaut qui incarne cette révolution commerciale et dont s’est inspiré Émile Zola pour son roman au bonheur des dames.
Le Bon Marché est le seul grand magasin de la rive gauche. C'est aussi le premier et celui qui porta au plus haut point les nouveaux principes commerciaux de la fin du 19ème siècle. Le magasin s'agrandit rapidement : pour son nouveau magasin de 1882,Aristide Boucicaut utilisa la nouvelle architecture métallique conçue par l'un de ses représentants majeurs, Gustave Eiffel. Boucicaut innova aussi en promouvant un modèle social paternaliste décrit par Zola dans "Au bonheur des dames". Situé aujourd'hui au cœur du Paris élégant du faubourg Saint-Germain, le Bon Marché ne mérite plus tellement son nom du 19ème siècle.

À la fin du XIXe siècle, lesouvertures de magasins concurrents tous aussi gigantesque les uns que les autres se multiplièrent en Europe et aux États-Unis. En France, viennent ensuite les Grands Magasins du Louvre, par Alfred Chauchard en 1855, À la Belle Jardinière (1856), les Grands magasins du Printemps, par Jules Jaluzot (1865), la Samaritaine, par Ernest Cognacq et Louise Jay (1900). Prenant place dans des grands...
tracking img