Svt parentes entre les etres vivants et evolution

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1532 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
CHAPITRE I : PARENTES ENTRE LES ETRES VIVANTS ET EVOLUTION

Les êtres vivants partagent des propriétés communes : La cellule, l’ADN et ses modalités d’expression et le code génétique.
Le monde vivant se transforme au cours du temps.
Toutes les espèces vivantes sont apparentés +/- étroitement

I – LA RECHERCHE ET L’ETABLISSEMENT DE PARENTE CHEZ LES VERTEBRES

A- Les caractèresutilisés dans la recherche de parentés

1- La comparaison de caractères homologues

L’Etablissement de la relation de parenté entre les vertébrés se fait par comparaison des caractères homologues, qu’ils soient Anatomiques, embryonnaires ou moléculaires.
2 structures ∈ant à 2 espèces ≠antes sont homologues lorsqu’elles ont la même origine (elles ont été hérités d’un même ancêtrecommun)
Il existe des similitudes dans leur construction et sont placées de même manière au même endroit.
On appelle molécules homologues des molécules qui dérivent d’une molécule ancestrale procédée par le + récent ancêtre commun aux espèces envisagées.
Les ≠ances Observées aujourd’hui entre ces molécules homologues sont dues à des mutations apparues au hasard et qui se sont accumulé aucours du temps

PLUS IL Y AURA DE RESSEMBLANCE ENTRE LES CARACTERES HOMOLOGUES PLUS LES ORGANISMES AUX QUELS ILS APPARTIENNENT AURONT UNE PARENTE ETROITE.

2- La polarité des caractères

Polariser un caractères c’est dire si un caractère est dérivé ou ancestral
L’Etat dérivé d’un caractère est celui qui est apparu le plus récemment et qui constitue une innovationévolutive. Alors que l’état ancestral ou primitif est celui qui préexistait
PLUS DEUX ESPECES PARTAGENT DE CARACTERES A L’ETAT DERIVE PLUS LEUR PARENTE EST ETROITE

B- Etablissement de phylogénie

1- Les arbres phylogénétiques

Un arbre phylogénétique traduit les relations de parenté au sein d’un ensemble d’êtres vivants. Chaque nouvelle branche correspond à une innovationévolutive chez un organisme qu’il a transmise à tous ses descendants.
L’arbre qui implique le minimum d’innovation évolutive est le plus probable ( principe de parcimonie )
Les nœuds représentent des ancêtres communs hypothétiques définis par l’ensemble des caractères dérivés partagés par leurs descendants

2- Ancêtres communs et fossiles

La notion d'ancêtre commun s'appuie sur l'idéeque les caractères communs à plusieurs espèces ont été hérités d'une population ancestrale commune
Des espèces sont d'autant plus apparentées que leur ancêtre commun est récent
Une espèce fossile ne doit pas être considérée comme un ancêtre à partir duquel se sont différenciées les espèces postérieures. Contrairement aux idées reçues, un fossile n'est pas primitif , il possède un certainnombre de caractères dérivés et ancestraux , il est le résultat lui-même d'une évolution et doit être placé , comme tout autre espèce actuelle , à l'extrémité d'une branche et non pas au niveau d'un nœud.

3- Phylogénie et Classification

Une groupe monophylétique comprend un ancêtre commun et tous ses descendants .
Une classification est phylogénétique lorsqu'elle ne contient que desgroupes monophylétiques .
La classification traditionnelle n'est pas monophylétique (reptiles et poissons ne le sont pas )
Une espèce n'est pas plus évoluée qu'une autre .
La ressemblance n'entre pas en compte .
L'homme ne descend pas du singe / L'homme est cousin du singe .


II – LA PLACE DE L’HOMME DANS LE REIGNE ANIMAL

A- L’homme dans la classification phylogénétiqueL'homme est un eucaryote, un vertébré , un tétrapode , un amniote , un mammifère , un primate, un hominoïde, un homininé et un hominidé.
Plus le groupe est vaste plus les caractères dérivés sont anciens.

1ers Eucaryotes : 1,2 Milliard d'années
1ers Vertébrés : 500 Millions d'années
1ers Tétrapodes : 390 Millions d'années
1ers Amniotes : 340 Millions d'années
1ers Mammifères : 220...
tracking img