Terminal l samuel beckett

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1996 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Samuel Beckett, Fin de Partie

« Associé, malgré son refus d’étiquettes, au théâtre dit de l’absurde, il est considéré comme un auteur dramatique phare dont les pièces renouvellent radicalement l’écriture théâtrale. »

Grande famille de sujet :

- Sur le titre :
- La structure et l’organisation (Dans quelle mesure peut-on dire que le mouvement dramatique de fin de partie repose surune action unique ?)
- Peut-on vraiment parler d’action dans fin de partie ? (action est une intrigue qui s’inscrit dans le temps, et qui révèle la psychologie des personnages.)
- Espace et le temps (Comment s’exprime l’hostilité des lieux dans fin de partie)
Une mise en scène minimaliste, dedans /dehors, influence du lieu sur le tempérament ou inverse. On ne peut dire que ces lieuxsont secondaires puisqu’ils n’apportent rien au sens.
Les personnages se trouvent à huit clos, privés de leurs fonctions basiques, ils ne peuvent songer à sortir de la salle ; il n’y a que Clov qui puisse penser à fuir.
- Les personnages Quel rôle joue Nagg et Nell dans Fin de Partie ?

Ils ont un minimum de parenté, on connait un peu de leur passé, ils sont en fait une métaphore de ce quesera Ham .
Le thé
- Genres et registres (Pourquoi peut on considérer fin de partie comme une tragédie paradoxale)
- Fonctions des didascalies dans Fin de Partie :

• Le sens et l’interprétation :
• Esthétique et écriture : pourquoi le thème du temps est-il primordiale dans Fin de Partie ?

Entrainement sujet général :

Sujet 1 : Le théâtre de Beckett a souventété qualifié d’anti-théâtre. Votre lecture de Fin de Partie confirme-t-elle cette analyse ?

Anti-théâtre : rupture avec le théâtre classique.

Il veut supprimer certains critères artificiels de la théâtralité : décor, romanesque… qui est sensé apporter une certaine illusion.

I. En quoi c’est une anti-pièce : élément de rupture
II. L’ambition de Beckett est porteuse d’un nouveauthéâtre qui n’abandonne rien ou pas grand-chose en termes de personnages et de mise en scène.

Introduction :

Beckett a toujours refusé d’être catalogué dans une catégorie particulière, à un courant littéraire, et pourtant ses deux pièces principales rejettent les conventions qu’il régissait jusque là : l’écriture théâtrale. Donc absence d’intrigue qui progresserait selon des règles logiques oucausales, absence de personnages entrant réellement en conflit, ils le sont mais en conflit dérisoire sans psychologie. On est hors du schéma actantiel et narratif et il n’y a pas d’actes ni de scènes. Pourtant, chacune des deux pièces a été représentée plusieurs fois : cependant il y a un certain désarroi au niveau du public. Peut-on dire pour autant que Fin de Partie est une anti-pièce ? Ons’attachera à montrer en quoi Fin de Partie est en rupture avec l’écriture traditionnelle mais qu’en même temps la spécificité de la théâtralité n’est pas abandonnée.

I. En quoi c’est une anti-pièce ?

C’est construit autour d’une intrigue inexistante ou problématique. C’est une pièce en un acte, à la différence de En attendant Godot, la pièce met en présence un personnage diminué paralytique etaveugle (Hamm) et son domestique qui au clair annonce des vas et viens entre le salon et la cuisine. P.13 La pièce est donc présentée comme un processus qui avance, et il est dit nul par vers quoi. L’intrigue est impossible à reconstituer sinon par quelque chose qui se termine. Cette inexistence de l’intrigue est ralentie par les didascalies, absence d’une tension dramaturgique. Certes la menacede Clov peut être un élément perturbateur ou de résolution mais il ne partira jamais. (intrigue)

La discontinuité des échanges verbaux (p.19 et 20). Ce sont des paroles lapidaires, monosyllabiques, absence de contenu dans les propos, l’échange n’est pas informationnelle, et n’aboutit parfois à rien. Les personnages peuvent se contredire d’une réplique de l’autre (cf.
p. 51)= Même...
tracking img