Une vie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1170 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Analyse du livre : Une vie de Guy de Maupassant

Le choix du titre :

« Une vie » car la vie de Jeanne n’apparaît pas comme un destin exemplaire et unique mais comme la quintessence de la vie des femmes de son temps. Maupassant nous raconte « une vie » parmi tant d’autres.

Structuration du roman :

Chapitres I à III : Jeanne jeune fille
Chapitre IV à VII : Jeanne épouse
Chapitre VIII àX : Jeanne jeune maman et jeune veuve
Chapitre XI à XIV : Jeanne mère et grand-mère

Les procédés de style :

La répétition et le redoublement :
Deux hommes d’église : l’abbé Picot et l’abbé Tolbiac
Deux familles de fermier : les Couillard et les Martin
Deux maîtresses du mari : Rosalie et la comtesse de Fourville
Deux cérémonie religieuse : le baptême du voilier « la Jeanne » et lemariage


La réapparition de certains personnages (comme Balzac sauf que c’est dans le même roman)
Rosalie qui est présente dans tout le roman sauf les 4 chapitres durant lesquels le fils de Jeanne est présent
Tante Lison : elle fait des apparitions sporadiques mais à chaque fois pour souligner l’importance de l’évènement

Le Réalisme subjectif à la Stendhal : Maupassant décide de nepas être un narrateur omniscient et de privilégier la vision d’un personnage

La présence de Maupassant : l’ironie flaubertienne : comme Flaubert dans Madame Bovary, Maupassant et présent dans son roman et ironise les descriptions de ses personnages comme Flaubert. Il les ridiculise.
(Ex : « Sa beauté même, sa figure de beau cavalier rendaient plus drôle sa peur et sa maladresse » en parlant deJulien à la page 93)
(Ex 2 : celui de l’abbé Picot transpirant à grosses gouttes et essuyant le front avec un énorme mouchoir : « … mais à peine le linge humide était-il rentré dans les profondeurs noires de sa robe que de nouvelles gouttes poussaient sur sa peau » page 49

Le temps :

Le temps de la narration ne correspond absolument pas au temps de la fiction. Le premier chapitre comporte 16pages et raconte 2 jours alors que le huitième en comporte 23 et raconte 22 ans.

Symbole important du temps qui coule, les saisons. Tout le roman se déroule au fil des saisons qui avancent.

Autres symboles : la pendule et le calendrier. La pendule apparaît 5 fois dans le roman chaque fois pour montrer l’impatience de Jeanne qui attend quelque chose et qui regarde sa pendule. Le calendrier,lui, apparaît au début et à la fin du livre. Au début, il symbolise le temps qui lui reste à rester au couvent et à la fin du roman, elle essaye de se souvenir grâce à un calendrier de toute sa vie après le couvent et arrive à reconstruire entièrement les deux premiers mois. Cela montre l’incapacité de Jeanne à vivre au présent, elle veut toujours se remémorer des souvenirs ou alors elle est dansl’attente de l’avenir (comme Madame Bovary).

Les personnages :

Jeanne ou l’échec d’une vie
Julien, l’opposé de Jeanne
Paul réplique de son père et de sa mère et donc aussi opposés des deux :
Il a le physique de son père et un égoïsme marqué
Passif et faible comme sa mère
Le baron, un personnage anachronique (« un homme du siècle précédent »)
La baronne ou le compromis avec laréalité
Tante Lison ou l’inexistence
Rosalie ou les leçons d’existence

La société :

Le peuple est représenté par le monde des paysans, des pêcheurs et des domestiques. Maupassant refuse toute idéalisation.
Ils sont grossiers, sans éducation, leur gaieté est bruyante et leurs chants tumultueux

La noblesse : dans le livre on peut assister au déclin de l’aristocratie

Le clergé : ledéclin du clergé va de paire avec celui de la noblesse. À la fin du livre, plus personne n’aime le prêtre Tolbiac.

Les thèmes :

La nature : bruits, odeurs sensation mais aussi compagne confidente et refuge et surtout un espace de liberté

La mort sous ses différents visages :
Mort naturelle mais brutale de la baronne, de la fille de Jeanne et du baron
Mort en douceur de Tante Lison...
tracking img