L'animal-machine chez descartes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1741 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’animal-machine chez Descartes

Notre intérêt pour le sujet
Ce sujet nous a intéressé car il est intriguant de ne pas savoir ce qu’il se passe réellement dans la tête des animaux. Ceux-ci, que l’on voit partout dans la nature, dans la rue, ou encore chez soi, ont-ils conscience de leurs actes ? De plus la question des animaux est d’actualité, avec les différents cas de maltraitance observésces derniers temps. Les différentes associations de protection des animaux vont à l’encontre de la théorie de Descartes, puisque d’après lui un animal ne peut pas souffrir (mais nous reviendrons sur la théorie de l’animal-machine un peu plus tard). Ce sujet concerne bien sûr aussi les expériences faites sur les animaux en laboratoires : sont-elles justifiées ?
Dans ce sujet de controverse,Descartes prend un parti radical et il nous a donc semblé intéressant d’étudier sa théorie.

Introduction : situation de l’animal avant la théorie de Descartes
Pour les philosophes de l’Antiquité, tout être vivant, homme ou animal, a une âme (le mot « âme » provient du latin « anima », d’où dérive le terme « animal »). Mais pour différencier l’animal de l’homme, il existe une échelle allant du minéralaux êtres supérieurs, comme les dieux pour Aristote. Cette échelle contient également les animaux, les hommes et les végétaux.
Pour les stoïciens, l’animal a bien une âme, mais il agit, contrairement à l’homme, en fonction de son instinct. Pour eux, il ne fait pas partie de la société des « êtres de raison », formée par les hommes et les dieux. Jusqu’au début du christianisme durant l’époqueromaine, une polémique exista à propos de cette dissociation. Cette polémique opposa les partisans du stoïcisme avec les Académiciens, les Sceptiques et certains naturalistes.
Au 16ème siècle, Plutarque, l’un des opposants au stoïcisme les plus connu, va dresser un inventaire des actions faites par les animaux qui montrent une intelligence et une réflexion similaires à celles de l’homme, car ilpense que l’on valorise l’homme en le plaçant comme cela au-dessus des animaux.
En ce qui concerne le christianisme à son origine, il n’affirme pas que l’homme est supérieur à l’animal, car ils sont tous les deux mortels. En revanche, l’homme aura, contrairement à l’animal, la grâce de Dieu qui ressuscitera son âme. L’immortalité naturelle de l’âme est donc une idée qui apparaît bien plus tard dansle christianisme, puisque c’est au 14ème siècle que saint Augustin va différencier la nature humaine de celle de l’animal, en faisant de l’immortalité de l’âme chez l’homme un dogme chrétien.
Avant Descartes donc, personne ne nie que l’animal ait une âme. Le conflit tourne plutôt autour de la faculté de l’âme des animaux à accéder au niveau de la raison humaine. L’opposition peut donc se résumer àcelle présente les stoïciens et Plutarque.

Que dit Descartes avec sa théorie de l’animal-machine ?
Descartes, contrairement aux deux partis jusque-là opposés, supprime toute âme chez l’animal. A l’aide de la médecine moderne de William Harvey, il va réduire le principe de la biologie antique affirmant que l’âme est le principe de la vie au seul mécanisme de la circulation sanguine. Lesdifférentes manifestations et réactions des animaux, telles qu’aboiement, miaulement ou gémissement ne proviendraient que d’un certain mécanisme, et non pas d’une sensation ou d’un sentiment. Et donc, le vivant ne se différencie plus de l’inerte. Les distinctions faites par les êtres humains entre les mouvement des animaux et ceux objets ne seraient donc qu’un abus le langage.
Avec cette théorie,l’étude du vivant devient de la physique mécanique reposant sur la géométrie. Chaque phénomène biologique peut donc être expliqué avec des équations (Traité de l’homme, Descartes). Ces propos étaient déjà en grande partie admis par la médecine chirurgicale de l’époque, mais un doute subsistait sur le fait que la mécanique géométrique puisse expliquer la totalité des mouvements du vivant.
Descartes...
tracking img