L'art fantastique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 36 (8802 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L'art Fantastique

L'art contemporain, grâce au surréalisme surtout, a fait au fantastique une part considérable, et le transforme incessamment, proposant des figures d'une interprétation plus complexe et plus équivoque encore que les figures traditionnelles. Il existe donc, aujourd'hui dans tous les pays, un fantastique en train de se faire, très différent de ce que l'on pourrait appeler lefantastique « classiques ». Une constante attention et une inlassable vigilance doivent être exercées par celui qui sait que le fantastique n'est pas le domaine du passé, cadastré et inventorié une fois pour toutes. Il est, tout à la fois, le durable et le perpétuellement changeant, ce qui tient, le plus étroitement aux racines de la pensée humaine, et ce qui reflète le mieux l'évolution et lesmétamorphoses de cette pensée.

1.La forêt hantée
Un soldat marche, seul, à travers la forêt. Minuscule, parmi les troncs des sapins immenses, serrés et compacts. On distingue à peine un sentier étroit dans la neige. L'homme est épuisé de fatigue. Cavaliers (il porte de l'uniforme des chasseurs), il n'est pas habitué à cette longue et pénible progression à pied, dans un milieu hostile. Il s'estarrêté un instant, pour se reposer, et contemple avec désespoir la masse des arbres sombres, la densité lourde de la nuit qui vient. Il a peur, et cette épouvante qui monte en lui, qui va se condenser dans un cri horrible, c'est la vieille épouvante de l'homme en présence de la forêt ; l’épouvante des soldats romains, intrépides devant n'importe quelle peuplade féroce, que la vue seule de la silvegermanique terrorisait, anéantissait. L'épouvante de tout homme, qu'il soit isolé ou en groupe, qui compare sa petitesse et sa faiblesse à la majesté impassible et redoutable des arbres. Lieux des terreurs sans nom, la forêt est l'endroit où tout devient possible, où la rencontre des êtres que la raison et la logique refusent, apparaît normale, où les jeux infiniment variés et infiniment dangereuxde la nature entraînent dans leur vertige le voyageur et le noient dans leur fantastique extravagant. Perché sur une branche, un corbeau attend le moment où le soldat s'abattra et ne se relèvera plus.

Caspar David Friedrich, La Croix dans la montagne, peinture, 1808 Dans ce tableau de Caspar David Friedrich qui symbolise en même temps que l'absorption de l'étranger par l'essence même del'Allemagne et la défaite de l'homme par l'élément, est ainsi souligné ce caractère essentiel de la forêt comme une puissance funèbre. C'est la signification qu'elle a dans la divine comédie, mais pleine de dangers extérieurs, ce tableau représente également la forêt intérieure à l'homme, le labyrinthe des passions et des vices, dans lequel il s'égare et dont il faut qu'il sorte pour atteindre lalumière. Car la lumière ne pénètre pas plus dans la forêt que dans le labyrinthe, qui est lui aussi, le lieu des ténèbres et des périls mortels. Qu'est-ce que le labyrinthe de charme ou de buis des jardins du XVe au XIXe siècle, sinon, par sa nature végétale, la forêt à travers laquelle des sentiers ont été ouverts, et s'entrecroisent afin que s'y perde plus sûrement le voyageur ? la forêt l'endroit oùl'on se perd matériellement, mais aussi moralement. La région qu'il faut traverser, selon le roman de chevalerie, pour atteindre le château. Château et forêt s'oppose aussi l'un signifiant sécurité, ordre humain, protection ; l'autre représentant aspect sauvage indompté de la nature ou fourmillent toutes sortes de créatures telles que Minotaures et dragons. La peur de l'homme moderne lorsqu'ilmarche, seul dans la forêt vierge, l'inquiétude de l'homme préhistorique lorsqu'il se voyait entouré de forêts millénaires où les arbres morts, et vivants formaient un inextricable chaos, représentant l'égarement d'un coté, la mort et l'enfer de l'autre, qui se perpétue même à notre époque.

Jean Duvet, Allégorie aux monstres, gravure. Sur cette gravure, on peut remarquer, outre le foisonnement...
tracking img