Agriculture

Pages: 14 (3481 mots) Publié le: 14 août 2013
 Accueil | Identifiez vous pour acceder à nos services |  Connexion | M'inscrire | Aide

* Accueil
* News
* Videos
* Art & Culture
* Annonces
* Evenements
* Immobilier
* People
* Sport
* Religion
* People
*
Economie
   Connexion | S'inscrire | Aide
* Accueil
* » News
* » Actualités
* » Contribution
| *
Lesystème agricole sénégalais : La détresse des paysans sénégalais *
POURQUOI CERTAINS MINISTRES SONT PRIVES DU TITRE DE MONSIEUR A L’ABREGE M. ET D’AUTRES NON ? *
La Télévision Sénégalaise. Le nouveau «illuminati». (Par le Boytown) | |
Le système agricole sénégalais : La détresse des paysans sénégalais
   Par Pr. Arona Coumba Ndoffene Diouf, Double Major PhD | Seneweb.com |  Lundi 15 juillet,2013 22:31  | Consulté 461  fois  | 12 commentaires   Favoris
| -Imprimer| Envoyer
Contribution | Mots Clés: Agriculture, Arona Ndoffene Diouf, Contribution
Partager

source: Seneweb.com
(Contribution du Pr. Arona Coumba Ndoffene Diouf, Double Major PhD
Ministre, Conseiller Spécial auprès de SEM Macky Sall)
 
L’agriculture sénégalaise, qui représente environ 20 % du PIB et emploie 60 % de lapopulation active et une proportion importante des recettes d’exportations, revêt une importance capitale pour les perspectives de développement du Sénégal. Avec quatre cinquièmes des ménages pauvres vivant dans les zones rurales, aucune stratégie de réduction de la pauvreté ne peut atteindre son objectif sans accorder une place importante au développement rural et à l’agriculture. Malgré tout,pendant 60 ans, l’évolution de la production a été décevante. Les politiques agricoles des gouvernements successifs se sont révélées inadéquates. Très peu d’efforts ont été consentis pour le développement des zones rurales, encore moins l’élaboration de programmes novateurs en vue d’étudier les questions agricoles et de mesurer les besoins pressants en technologies nouvelles.
 
Comment en sommes nousarrivés là ?
 
La crise agricole du Sénégal date de l’ère coloniale. À la fin du XIXe siècle, l’introduction de la production de masse d’arachide, de mil et de sorgho a permis aux colons de générer beaucoup de recettes. Afin de mieux contrôler la production considérable de l’agriculture, notamment le stockage et la vente,  le Gouverneur Roger a créé de nouvelles organisations agricoles dont lessociétés indigènes de prévoyance (SIP) et les centres d’expansion rurale (CER), qui entraient directement en concurrence avec la Chambre de Commerce française. Avec la complicité des libanais, l’administration coloniale a délibérément mis en oeuvre des mécanismes leur permettant de limiter la participation des paysans à la traite de l’arachide. Les célèbres sociétés commerciales telles queBuhan&Teisseire, Deves&Chaumet, Maurel&Prom détenaient le monopole dans des secteurs comme le transport et l’octroi de crédit, et importaient des articles comme le tissu, le riz asiatique et des espèces utilisées pour acheter la récolte des paysans. Ce négoce générait des milliards de francs au profit des colons qui freinaient toute tendance susceptible d’œuvrer pour la nationalisation ducommerce colonial (Amin, 1969). Plusieurs rapports ont dénoncé les pratiques déloyales auxquelles s’étaient livrés les Libanais et certains hommes d’affaires sénégalais dont la plupart étaient des commerçants titulaires de licences, qui jouaient le rôle d’intermédiaire entre les sociétés commerciales et les paysans. Le secteur agricole était le théâtre de spéculations financières pour les colonsainsi que pour les commerçants libanais  « intermédiaires » corrompus. Le résultat était désastreux et ce fut le début de l’effondrement de l’agriculture au Sénégal, qui depuis, n’est jamais revenu à la normale.
           
Les gouvernements successifs post-independence : Une série d’échecs de programmes agricoles défaillants
 
Au début des années 60, le premier Président sénégalais, Léopold...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • agriculture
  • Agriculture
  • agriculture
  • agriculture
  • Agriculture
  • Agriculture
  • Agriculture
  • Agriculture

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !