Corneille, Racine, Bénichou

Pages: 5 (1122 mots) Publié le: 12 mai 2014
Dans L’œil vivant, Jean Starobinsky écrit : « la connaissance de soi, pour Rousseau, fait donc appel à deux attitudes extrêmes et opposées : ou bien le moi devient étranger à lui-même, afin de se percevoir en spectateur ; ou bien au contraire, il cherche à se connaître par sentiments sans se quitter, grâce à une intuition immédiate qui préviens toute division de la conscience. » Vous montrerezen quoi ce problème peut s’appliquer, de manière générale, à l’écriture de soi en utilisant les textes étudiés en priorité- mais non exclusivement.
Kim PHAM
812
13/11/13












La possession d’une connaissance implique en amont un effort de recherche et en aval un savoir objectif. De cette manière, connaître se distingue de l’évidence ou de l’opinion. Dans le cas de laconnaissance de soi, la conscience de l’écrivain devient à la fois outil et sujet de recherche. Juge et parti sont confondus dans l’écriture de soi. Vient alors le paradoxe : en tentant d’être un juge impartial, on s’éloigne de soi lorsqu’on cherche à se connaître. Ainsi, faut-il chercher à répondre à l’exigence d’une lucidité totale , dédoubler le moi pour « s’apercevoir en tant que spectateur » oufaut-il éviter « toute division de la conscience » en se connaissant « par sentiments » ? Afin de répondre à cette question, nous verrons comparerons les « deux attitudes extrêmes et opposées » de l’écriture de soi. En première partie, nous verrons comment l’écrivain cherche à se connaître lui-même grâce à un processus intellectuel de dédoublement, suite à quoi nous comparerons avec la technique quiconsiste à utiliser « une intuition immédiate » au travers des sens et des expériences, et enfin nous discuterons de la possibilité d’atteindre ces deux états de conscience extrême grâce à de l’écriture de soi.

I. « se voir en tant que spectateur ».
A) L’écriture de soi et le piège narcissique.
Montaigne, Du Démentir, captatio benevolentiae : « Si c’est esté pour rechercher la faveur dumonde, je me fusse mieux paré et me presenterois en une marche estudiée ». « Je ne trouve pas tant de bien en moy que je ne puisse le dire sans rougir ». Peinture de soi authentique, pas une autojustification ou valorisation. Peu d’intérêt du genre «  les autres ont pris cœur de parler d’eux pour y avoir trouvé le subject digne et riche ; moy au rebours, pour l’avoir trouvé si stérile et si maigrequ’il n’y peut y eschoir soupçon d’ostentation. »
B) Exigence de lucidité
« La lucidité est l’observation sans condamnation » Krishnamurti. Différence avec l’introspection subjective. Universalité de l’écriture : parler de soi et parler vrai. Intimité et esprit critique : « dégorger » , « J’escoute à mes reveries par ce que j’ay à les enroller » ( Montaigne) . Processus intellectuel, mise enordre de l’imagination. Ecrivain humaniste ( foi en la raison).
Point de vue dominateur et transcendant : Mémoires d’Outre-tombe. Sensibilité non ostentatoire. Conscience historique et anamnèse : confrontation/imbrication de l’Histoire et de l’histoire individuelle.
Transition : aliénation du moi dans le dédoublement

II. L’ «intuition immédiate » des sentiments et l’authenticité du moi.
A)Expression de la sensibilité du moi
Rousseau, rêveries du promeneur solitaire. Abandon au souvenir, écriture lyrique, style poétique ( et non factuel). Temps étalé : recherche d’instants sensibles «  ou l’on est réduit au pur sens de l’existence ». Bonheur non continu, instants de conscience de soi en lien/harmonie avec la Nature. Pas d’exigence de lucidité.
Conscience du temps et duvieillissement ; mélancolie. Amour de la nature, itinéraire divaguant, plaisirs de l’esthétisme- sens étymologique (sensibilité exacerbée, extrême).
Ecriture de soi : exutoire de la douleur – Lettres de Mme Sévigné (douleur de perdre sa fille). Dramatisation, exagération des faits ( « ma fille s’en va demain sans remise ») et exacerbation des sentiments ( « je ne sais pas moi-même comme j’ai pu la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Corneille & racine
  • Corneille et racine
  • Racine et corneille
  • Racine corneille
  • Racine et corneille
  • Racine et corneille
  • Corneille et racine
  • Le théatre classique de corneille et racine

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !