Cours Ge ne alogie de la morale

23844 mots 96 pages
Introduction générale à la Généalogie de la morale
Ce texte est un des tout derniers textes de Nietzsche, publiée en 1887 Elle suit, complète et éclaire Par-delà bien et mal, et prétend être un texte polémique (pamphlet).
Cet ouvrage présente une étonnante particularité formelle : c’est le seul, avec l’étude sur La naissance de la Tragédie, à être construit sur le mode dissertatoire. Contrairement aux aphorismes, aux paraboles, aux réflexions et maximes, nous avons trois « dissertations » successives, logiquement enchaînées qui donnent au texte son caractère systématique. 
 Nietzsche se donne pour objectif de montrer d'où viennent les valeurs morales contemporaines et pourquoi nous devrions en changer pour des valeurs plus saines. “Nous avons besoin d’une critique des valeurs morales, et la valeur de ces valeurs doit tout d’abord être mise en question — et, pour cela, il est de toute nécessité de connaître les conditions et les milieux qui leur ont donné naissance, au sein desquels elles se sont développées et déformées” Avant propos, §6
De quelles valeurs parle-t-il ? Il s’agit des valeurs issues du judéo-christianisme qui sont au fondement de la morale occidentale. Selon Nietzsche, ces valeurs sont essentiellement altruistes : la pitié et la négation de soi (le refoulement des instincts et leur culpabilisation) sont estimées intrinsèquement bonnes et sont donc des critères pour juger de l'accord des sentiments et des actions humaines au bien. Ces valeurs reposent ultimement sur l'idée d'un monde plus élevé, absolu, qui diffère radicalement du monde naturel et par rapport auquel ce dernier est dévalorisé: le monde naturel est en effet celui des instincts et du corps, tandis que le monde des phénomènes moraux est censé le transcender, c’est le monde de l’esprit, pensé comme un au-delà du corps que je dois me promettre d’atteindre.
Que veut montrer Nietzsche ? La généalogie doit montrer d’une part qu’aucune morale ne peut être érigé en absolu, et d’autre part

en relation

  • Epentagramme 2008 06
    5348 mots | 22 pages