Désirer es ce necessairement souffrir ?

Pages: 8 (1971 mots) Publié le: 9 décembre 2009
Le désir est dans bien des cas une source de souffrance. En désirant ce que l'on ne possède pas, on se crée un manque, qui entraîne frustration et déception. La souffrance est alors l'épreuve inévitable de celui qui éprouve un désir.

Cependant, tous les désirs nous font-il autant souffrir ? N'existe t’il aucun désir exempt de souffrance ? On peut en effet différencier le fait desouffrir devant le désir déçu de réussite personnelle et celui de désirer un verre d’eau, ce qui n’entraîne non seulement pas la même souffrance mais peut-être au contraire un certain plaisir…

Alors, désirer, est-ce nécessairement souffrir ? Doit-on se dire que le simple fait de penser que l’on peut désirer sans souffrance est une idée des plus naïves ? Quelle est alors, larelation exacte entre le désir et la souffrance ? Dans quelle mesure, la pensée intervient-elle dans ce phénomène ? Est-il possible de dépasser la souffrance, profiter du désir comme d’un plaisir intellectuel ? Ou bien l’être humain en est-il tout simplement incapable, se condamnant ainsi à se faire souffrir tout au long de son existence ?



Pour commencer, que doit-on entendre par lemot « désir » ? A-t-il plusieurs sens ?

Un désir est toujours propre à l’individu qui l’éprouve. Le désir est différent d’une personne à une autre, et même d’une civilisation à une autre. Il dépend de la situation, de l’époque. Il s’agit donc de quelque chose d’acquis. On peut en déduire qu’il est en grande partie subjectif. Un même objet, par exemple un tableau en vente, ne suscitera pas lamême réaction suivant la personnalité du client potentiel. Le désir nous est personnel, et parfois même, il apparaît secrètement : on l’appelle alors fantasme.

Le désir est issu d’un manque. On ne peut désirer que ce que l’on ne possède pas. Il s’agit alors de la tendance à vouloir combler un vide. Mais comment apparaît ce manque, comment se crée ce vide ? Qu’est ce qui rend unobjet désirable ? Selon Hegel, le désir se place obligatoirement par rapport aux autres. Cette théorie est assez perspicace. Prenons pour exemples la voiture de sport. N’est-ce pas à notre époque, le summum de l’objet désirable ? Qu’est ce qui différencie, pour aller au travail à 200 mètres de chez moi, le fait de prendre mon vélo rouillé et celui d’y aller en Porsche ? Le fait est que je vais plusvite avec le vélo : je monte sur les trottoirs, je prends des raccourcis, je n’ai pas de problèmes pour me garer… mais je choisis quand même la Porsche. Hegel a raison sur ce point, l’envie de susciter l’admiration, l’envie chez les autres surpasse souvent les autres désirs. On peut toutefois nuancer : certains désirs échappent à la théorie de Hegel. On peut désirer pour soi, sans se placer dupoint de vue des autres : je désire partir en vacances pour me reposer, et je vais en voyage pour me changer les idées, me dépayser. Où sont les autres dans ces désirs ? Le fait est qu’ils n’interviennent pas forcément. Le désir de prendre de la valeur, de s’affirmer parmi les autres n’est donc qu’un désir parmi d’autres. La théorie de Hegel n’englobe qu’une partie des désirs.

Le désir est avanttout l’aspiration au plaisir. Tous les plaisirs ne sont-ils pas précédés de désir ? Le plaisir de la conversation, d’être complimenté, d’aller au cinéma, de marcher sur la Lune ? Aussi loin que l’imagination puisse aller, il n’existe aucun plaisir qui ne soit précédé de désir. Il est en effet difficilement imaginable de tomber « par hasard » sur un plaisir, sans l’avoir désiré. Et même dans ce cashypothétique, on désire que le plaisir continue.

On se rend compte que les désirs sont la composée de plusieurs caractéristiques : son objet, l’importance du vide qu’il crée, de ce qui peut en être tiré (la satisfaction d’un besoin, d’une envie ou d’un autre désir) et des obstacles à franchir avant d’atteindre l’objet.

Il existe plusieurs formes de désirs. Le désir d’obtenir un objet...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • désirer est ce nécessairement souffrir
  • Désirer est ce nécessairement souffrir?
  • « Désirer est-ce nécessairement souffrir ? »
  • Désirer est ce nécessairement souffrir ?
  • Désirer est-ce nécessairement souffrir ?
  • Désirer est-ce nécessairement souffrir ?
  • Désirer est-ce nécessairement souffrir
  • Philosophie: Desirer, est-ce necessairement souffrir?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !