"De la cour", les caractères de la bruyère

Pages: 32 (7850 mots) Publié le: 19 mars 2013
« De la Cour », Les Caractères (La Bruyère)

C’est dans une famille de la petite bourgeoisie que né Jean de La Bruyère en 1645. Après avoir fait des études de droit, devint avocat au Parlement de Paris, puis le précepteur du duc de Bourbon, petit-fils du grand Condé en 1684. L’Hôtel des Condé, à Paris, ou encore le château de Chantilly, deviennent alors le lieu d’observation des grandsseigneurs auxquels se mêlent des parvenus, souvent plus orgueilleux encore que les princes du sang, et que l’auteur des Caractères –qui paraissent en 1688– peut observer dans l’intimité. Il se fait alors le témoin de ses contemporains et compose un livre délivrant son expérience des hommes et de la société. Modestement pourrait-on dire, La Bruyère présente son ouvrage comme une imitation de l’ouvrageantique Les Caractères de Théophraste, traduits du grec, avec les Caractères ou les Mœurs de ce siècle (début du IIIa). Il faut ajouter également que tout le XVIIe siècle a la passion des mœurs. Comédie, roman, poésie, tous les genres littéraires évoluent dans le sens d’une attention plus intensément accordée aux mœurs quotidiennes. Le cas de la comédie est certes plus connu ; l’exemple deCorneille dans les années 1630 peut ainsi être cité, ou celui de Molière vers 1660-1670. On peut donc parler en plusieurs sens d’un « tropisme moral généralisé » dans la littérature du XVIIe siècle pour reprendre l’expression de Bérangère Parmentier. L’intérêt toujours plus important pour les mœurs, et par ce fait la condition de l’homme psychologique et social, s’appuie sur un principe moral,c’est-à-dire sur le « refus de projeter la figure de l’homme en dehors de sa condition ».

CHAPITRE I. La cour : un microcosme.

I) Un ordre social.

1. La vie à la Cour :

L’existence à la Cour était si réglée –nous ne pourrons malheureusement nous appesantir sur des explications et exemples– que les individus qui la composaient formaient une société à part entière.

1. i) L’étiquette.

Ontrouvait au sein de cette micro société un ordre hiérarchique ferme et édifié sur l’étiquette, ce qui imposait aux individus faisant partie de la cour la nécessité de se maintenir au sein d’un tel ordre social, faisant d’eux ce qu’on nomme des hommes de cour. Ceux-ci, par les règles mêmes imposées par l’étiquette devaient suivre un véritable cérémonial, et ce par rapport au roi –lever, coucher, souper duroi, etc. Dans Les Caractères, les courtisans composent une sorte de rôle, une seconde nature lorsqu’ils sont en présence du monarque ; La Bruyère dévoile alors leur jeu de dissimulation et d’ambition mêlé. Et c’est effet une multitude de courtisans qui virevoltent autour de Louis XIV, qu’ils soient prince du sang, noble étranger, ou provincial venu faire sa cour, et pour lesquels vainquentl’étiquette et le cérémonial.

1. ii) La civilisation de cour.

A mesure que la cour devient un groupe aux règles rigides, aux frontières rigoureusement délimitées, créant on l’a dit, une micro société, on assiste à la naissance d’une véritable civilisation de cour. A partir du XVIe et du XVIIe siècles, la civilisation de cour devint une civilisation prédominante et la société de cour la« principale formation élitaire ». Sous Louis XIV, on assistait même à un véritable processus d’isolement et de distanciation de cette société de cour.
Les Caractères s’inspirent totalement d’œuvres déjà existantes –même si La Bruyère propose ici une véritable création–, et le chapitre « De la Cour » entrerait donc dans la tradition de traités sur la vie à la Cour, tels que l’Oráculo manual (1647) de BaltasarGracián, qu’Amelot de La Houssaie avait traduit par le titre L’Homme de cour. Il s’agirait presque d’un véritable traité sur la vie de la Cour. « De la Cour » figure au centre des Caractères –il en est le huitième chapitre–, sans doute parce que la cour est le lieu où sont justement dirigées toutes les observations, de même que toutes les idées, toutes les convictions de l’auteur.

1....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • De la cour, la bruyère, les caractères
  • Les Caractères "De la cour" de La Bruyère
  • Jean de la bruyère les caractères, de la cour
  • Commentaire la bruyère les caractères chapitre "de la cour" remarque 74
  • Commentaire la bruyère les caractères chapitre"de la cour"remarque 74
  • La bruyeres les caracteres
  • Les caractères de la bruyère
  • La bruyère, les caractères

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !