De l'interet de changer de constitution

449 mots 2 pages
De l’intérêt de changer de constitution

Juridique : compliqué il faudra faire en sorte que la nouvelle constitution soit conforme à tous les traités internationaux qui produisent encore des effets en droits international, avec l’ensemble de du droit communautaire dérivé, primaire et l’ensemble du droit européen

Politique : les français découvrent tout juste qu’ils ont une constitution et qu’il ne faut pas hésiter à l’invoquer lors d’un procès pour soulever une question prioritaire de constitutionnalité, ce serait une fois de plus affaiblir l’édifice. Pourquoi vouloir forcément adapter le texte à la pratique ? La pratique change souvent, selon les personnes, les moments historiques « les institutions, à l’image des satellites demeurent rarement sur l’orbite sur laquelle leur créateurs avaient entendu les placer » J.Rivero) … la marge de manœuvre laissée, dans la pratique, aux politiques par la Constitution actuelle est sa force et ce qui assure sa pérennité.

Philosophique : Malgré les « coups de canifs » juridiques donnés à notre constitution quel est l’intérêt de changer de constitution avant de trop changer la constitution. Il semblerait que si il existe un intérêt il soit issu d’une conception essentialiste de la constitution. Cette constitution a une essence, et je ne peux atteindre cette essence sans en changer la structure formelle. Essence dont le contenu peut être compris dans plusieurs dispositions constitutionnelles mais dont la manifestation s’illustrerait dans l’article 89 alinéa 5. Cadre et miroir seraient les caractéristiques de cet article.
Face à cette conception essentialiste, il s’agit de se demander si une constitution, reste elle-même, conserve une essence, malgré les changements et le temps ? La philosophie antique et le mythe du bateau de Thésée nous rappellent que non, le bateau de Thésée reste le même, et ce si tous les matériaux qui le constituent sont remplacés. Ainsi Parménide estime qu’il se dessine un moi par delà les états que

en relation

  • Le discours de bayeux
    2422 mots | 10 pages
  • Le système politique et l'état
    2529 mots | 11 pages
  • théorie du procès
    2445 mots | 10 pages
  • Le destin du code civil.
    1224 mots | 5 pages
  • Tocqueville
    1990 mots | 8 pages
  • Commentaire du texte de l'abbé sieyes, "qu'est-ce que le tiers état".
    4241 mots | 17 pages
  • Cours de droit constitutionnel
    736 mots | 3 pages
  • la revesion constitutionnelle
    2859 mots | 12 pages
  • révision constitutionnelle
    2784 mots | 12 pages
  • Droit Constitutionnel
    10014 mots | 41 pages