Dialogue du chapon et de la poularde (1763)

Pages: 8 (1825 mots) Publié le: 9 novembre 2012
Analyse méthodique

I - Les moyens pour révéler l’ineptie du genre humain, des institutions religieuses et de leurs lois
Sous la forme d’un dialogue, l’écrivain met en scène deux interlocuteurs polémistes qui lèvent le voile sur toutes les absurdités qui entourent le comportement des hommes entre eux, mais aussi avec les autres vivants avec qui ils partagent le globe. Pour commencer, leshommes sont décrits comme une espèce « abominable » et « sanguinaire » : relevons bien le champ lexical qui leur est cédé : celui de la barbarie et de la sauvagerie (« animaux », « sang », « chair », « mort », « crime », « monstres », « barbare », « victimes », « dévorent », « abominable », « sanguinaire »). La poularde en est si convaincue qu’elle parle des « hommes » simplement comme d’« autresanimaux » ; une manière, qui se veut visiblement fortuite, de rabaisser les hommes de leur rang d’espèce dominante. Le chapon va encore plus loin : il parle de « monstres » en parlant des hommes (métaphore) et les considère comme ses « éternels ennemis ». Ses propos entre les lignes 82 et 87, montrent la barbarie des lois humaines : « cette loi […] est très barbare ; elle ordonne que ces jours-làon mangera les habitants des eaux : ils vont chercher des victimes au fond des mers et des rivières ». Il ajoute ensuite qu’en plus d’être l’espèce la plus « abominable » et la plus « sanguinaire », l’espèce humaine est la plus « ridicule » et la plus « extravagante » pour plusieurs raisons. La première est que les hommes sont en constante « contradiction » : « Plus on voit ce monde, et plus onle voit plein de contradictions et d'inconséquences » écrivait Voltaire. Cette contradiction, on la retrouve aussi bien entre eux (« Il y a longtemps qu’on leur reproche qu’ils ne sont d’accord en rien ») que dans leurs comportements (« Ils ne font des lois que pour les violer et, ce qu’il y a de pis, c’est qu’ils les violent en conscience », « ils trouvent bien moyen d’éluder la loi »).L’extravagance et le ridicule des hommes éclatent dès la ligne 80 (« Ils ont inventé cent subterfuges, cent sophismes pour justifier leurs transgressions »), notamment grâce à l’emploi de figures d’exagération et d’insistance : l’utilisation du mot « cent » et sa répétition créent une hyperbole et une anaphore qui confirment toute l’intensité de l’extravagance et du ridicule. Ces deux figures de style sontsuivies d’une troisième : un parallélisme (« Ils ne se servent de la pensée que pour autoriser leurs injustices, » // « et n’emploient les paroles que pour déguiser leurs pensées. ») qui rend compte de la malhonnêteté et de la tricherie des hommes, deuxième raison par laquelle Voltaire, en faisant parler son chapon, explique l’origine de l’extravagance des hommes. L’auteur continue de le démontrerlorsqu’il écrit aux lignes 86 et 87 qu’« ils [les hommes] dévorent des créatures dont une seule coûte souvent plus de la valeur de cent chapons » et « appellent cela […]se mortifier ». On ne saurait s’empêcher de sourire à la lecture de ces propos, quand on comprend que Voltaire veut faire passer les hommes pour de voraces créatures affamées de viande, pour qui le seul fait de s’en priver devientune véritable torture ! D’autant plus que cette loi, qui veut leur faire manger des « habitants des eaux », est issue de la religion ou de l’« infâme » que le philosophe veut « écraser » ; et il ne se contient pas dans ce dialogue. Le blâme de la religion est évident.

En effet, on retrouve divers moyens déployés par l’auteur pour dévaloriser les institutions religieuses, leurs hommes,leurs lois, … Tout d’abord, relevons une périphrase satirique à la ligne 68, où pour signifier une église, l’auteur écrit : « une espèce de grange qui est près d[’un] […] poulailler ». Ensuite, il ajoute : « un homme qui parlait devant d’autres hommes qui ne parlait point » pour décrire le déroulement d’une messe ; il s’agirait alors d’un prêtre ou un curé qui s’adresse à ces paroissiens....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Voltaire, dialogue du chapon et de la poularde
  • Dialogue du chapon et de la poularde
  • Dialogue du chapon et de la poularde
  • Dialogue du chapon et de la poularde
  • Commentaire, dialogue du chapon et de la poularde. voltaire
  • Commentaire voltaire dialogue du chapon et de la poularde
  • Lecture analytique : dialogue du chapon et de la poularde (voltaire)
  • Commentaire composé du dialogue entre le chapon et la poularde de voltaire

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !