Histoire du droit commentaire de texte la recommendatio

2096 mots 9 pages
Séance n°2 : Commentaire de texte

La recommandation

« Celui qui se recommande en la puissance d’autrui ». Cette phrase est tirée d’un texte juridique, plus précisément d’un formulaire, intitulé « Formulae Turonenses » (Formules de Tours). Il n’y a pas de précision sur l’auteur, nous savons juste que c’est un extrait des « Formulae Merowingici et Karolini Aevi », de Marculf. Ce texte a été écrit à l’époque franque, dans la période mérovingienne, plus particulièrement dans le 2ème quart du VIIIème siècle. Marculf est un moine français du diocèse de Paris et un praticien du droit. Il est l’auteur des « Formulae Marculfi Monachi », qui se révèle être le formulaire le plus important et intéressant de l’époque mérovingienne. Il fut intégré dans un ensemble plus vaste, les « Formulae Merowingici et Karolini Aevi », dont est extrait le document, objet de notre étude. Ces formules ont été, par la suite, rassemblées avec des diplômes royaux et des capitulaires dans la « Monumenta Germanica Historica », publiée à Hanovre en 1886. Les formules de Marculf se décomposent en deux parties. La première comprenant les formules d’actes concernant les grands personnages du monde franc et la deuxième intégrant les formules d’actes passés entre particuliers.

Ce texte, nous présente le système de la commendatio à l’époque mérovingienne. Un système contractuel entre un homme libre et son seigneur, mis en place dans une situation économique désorganisée. Ce contrat spécifiant les obligations mutuelles que se doivent le seigneur et son vassal.

Se recommander c’est se donner soi-même avec confiance, c’est faire auto-tradition. La recommandation est l’acte juridique par lequel un homme libre se place sous l’autorité et la protection d’un grand, en contre partie de services.

Nous pouvons alors nous interroger sur le fonctionnement du système de la recommandation à l’époque mérovingienne.

En effet, l’époque mérovingienne est une période de décadence urbaine, la

en relation

  • Histoire des institutions moyen age, droit
    21266 mots | 86 pages