La bioéthique

3567 mots 15 pages
LA BIOÉTHIQUE

Selon le Larousse, la bioéthique est « l’étude des problèmes moraux soulevées par la recherche biologique ». Né dans les années 1970, l’enjeu posé par la bioéthique est de savoir comment agir à l’égard du bios c’est-à-dire de la vie. Mais de proche en proche, cette question bioéthique qui comprenait le vivant, humain et non humain, s’est ciblée sur la question du rapport au corps humain.

Donc comment doit-on agir à l’égard du vivant humain, du commencement de son existence, à la fin de sa vie. Peut-on le manipuler, le transformer, et notamment à l’aide du clonage ? A ce sujet, deux philosophies se dessinent et semblent antagonistes. D’un côté, il y a l’approche restrictive qui défend l’idée qu’il faut plutôt limiter cette nouvelle liberté que les hommes ont sur le vivant humain. Il s’agit principalement de religieux catholiques qui soutiennent ce point de vue, c’est une approche radicale par rapport à l’embryon.
De l’autre côté, il y a l’approche permissive qui accorde aux hommes de manipuler le vivant humain au nom de la liberté et des recherches scientifiques.

De manière générale, le XXème a été marqué par d’importants progrès et avancées dans le domaine scientifique mais c’est surtout en 1996 qu’un changement radical a été opéré avec le premier clonage de la brebis Dolly. La reproduction à l’identique d’un mammifère adulte peut-elle être comparée à un horloger qui, par exemple, produit des montres à la chaîne ?
A cette question, certains diront que le progrès en matière de clonage et donc de manipulation génétique permettrait de faire avancer les recherches concernant les solutions miracles des maladies incurables tels que le SIDA ou encore les maladies génétiques. D’autres en revanche, pointeront du doigt les éventuelles dérives du clonage tel que l’eugénisme qui vise à transformer le patrimoine génétique de l’espèce humaine dans le but de le faire tendre vers un idéal déterminé.

Ainsi, il convient de se demander jusque où

en relation

  • Bioethique
    5433 mots | 22 pages
  • La bioéthique
    1097 mots | 5 pages
  • La bioéthique
    892 mots | 4 pages
  • La bioéthique
    595 mots | 3 pages
  • BioEthique
    513 mots | 3 pages
  • Bioéthique
    293 mots | 2 pages
  • La bioéthique
    686 mots | 3 pages
  • La bioéthique
    2299 mots | 10 pages
  • La bioéthique
    1549 mots | 7 pages
  • La bioethique
    275 mots | 2 pages