La francophonie

Pages: 8 (1879 mots) Publié le: 21 janvier 2013
Discours de M. François Hollande à Kinshasa, le 13 octobre 2012
LE PRESIDENT FRANÇAIS S’EXPRIME A L’OCCASION DE LA CEREMONIE D’OUVERTURE DU XIVE SOMMET DE LA FRANCOPHONIE
Monsieur le Secrétaire général, cher Abdou DIOUF,
Mesdames et Messieurs les Présidents, réunis ici à Kinshasa,
Mesdames et Messieurs, les chefs de délégation, conscients de l’enjeu de la francophonie,
Mesdames etMessieurs, venus nombreux, dans cette grande salle de congrès,
J’ai voulu me rendre personnellement, ici, à Kinshasa au sommet de la Francophonie. D’abord pour une raison simple. Je voulais témoigner du soutien de la France au peuple congolais qui aspire comme chaque peuple à la paix, à la sécurité, à la démocratie.
Je voulais venir ici à Kinshasa, pour exprimer une nouvelle fois ma confiance dansl’avenir de l’Afrique qui est la jeunesse du monde. Je voulais venir ici, à Kinshasa, pour honorer cette belle et grande cause, qui s’appelle la Francophonie et qui nous réunit tous aujourd’hui, au-delà de nos sensibilités, de nos histoires, de nos différences.
Notre patrie commune — disait un grand auteur français, Albert Camus - « c’est la langue française ».
La Francophonie est bien plus qu’unpatrimoine légué par l’Histoire, bien davantage qu’un lien linguistique entre des populations qui parfois s’ignorent.
La Francophonie, elle porte des valeurs, des principes, des exigences. Parler le français, c’est une façon de penser, de concevoir le monde.
C’est un message de liberté. C’est en français, que les révolutionnaires de 1789 ont proclamé, et donc écrit, la Déclaration des droits del’Homme et du Citoyen. C’est en français, en 1948, au lendemain de la seconde guerre mondiale, qu’a été rédigée la Déclaration universelle des droits de l’Homme. C’est en français que s’exprimaient les combattants africains pour l’indépendance, ceux qui refusaient la souffrance des peuples asservis. « La langue française, disait Léopold SEDAR SENGHOR, ce merveilleux outil trouvé dans les décombres durégime colonial ».
Voilà le sens de l’identité francophone.
J’exprime ma gratitude à l’égard de notre Secrétaire général, Abdou DIOUF, qui a su, à la fois, préserver l’unité de la communauté francophone et en même temps consacrer la place éminente de l’Afrique dans la Francophonie.
L’Afrique occupe une place éminente.
L’Afrique, c’est le continent où notre langue est le plus parlée. Le français estune langue africaine et elle le sera de plus en plus. En 2050, c’est tout proche, 700 millions d’hommes et de femmes parleront le français, 80% seront africains.
L’avenir de la Francophonie, il est ici en Afrique. C’est vous qui allez porter le français, ses valeurs et en même temps ses exigences. La Francophonie, c’est une belle et grande idée. Elle ne se vit pas comme un conservatoire, commeun musée où nous aurions à protéger notre bien, notre richesse, notre langue. Non, la Francophonie n’a peur de rien, c’est un espace de rayonnement, c’est la promotion de valeurs, c’est aussi l’ouverture, l’échange économique, social, culturel, c’est enfin un lien entre les générations parce qu’il n’y a pas plus beau projet pour la francophonie que de servir la jeunesse, cette jeunesse qui vaparler elle aussi en français.
Je suis venu ici, à Kinshasa, pour ce sommet afin de vous proposer, amis francophones, une ambition commune, autour de quatre priorités. La première, c’est de multiplier les échanges, dans l’espace francophone entre les jeunes, entre les étudiants, les enseignants, les chercheurs, les artistes, les créateurs. La France doit montrer l’exemple. Il y a trop d’obstacles quisont mis sur la route de celles et ceux qui veulent montrer leurs talents dans l’espace francophone, apporter leur contribution, venir étudier ou chercher. La France a donc réalisé des efforts pour améliorer cette situation à travers des visas de circulation désormais valables sur plusieurs années. Mais il y a encore trop de freins, et c’est pourquoi je veux que les étudiants francophones...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Francophonie
  • La francophonie
  • La francophonie
  • La francophonie
  • La francophonie
  • La francophonie
  • La francophonie
  • Francophonie

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !