La langue française: sa place au sein de l’europe, la dimension européenne des lumières (xviiie siècle)

Pages: 6 (1440 mots) Publié le: 29 octobre 2009
La Langue Française


I- Origine de la langue française
Le français vient en grande partie du latin populaire, tel qu'il était parlé en Gaule depuis la conquête romaine (52 av. J.-C.). Ce latin évolue lui-même diversement au contact des parlers locaux (celte, ibère, ligure, osque, etc.). Mais, en même temps, on a pu dire que c'était « la plus germanique des langues romanes ». C'est en effetla seule qui ait subi à ce degré l'influence des peuples du Nord, surtout des Francs, qui durant des siècles ont occupé la partie septentrionale du pays (d'où le nom de France).
Le français, langue très importante en Europe du XVIIIe siècle, devient l’outil principal qui servit à propager les idées et les valeurs des Lumières durant cette période.

II- Le développement du français en France:L’État ne se préoccupait pas plus au XVIIIe siècle qu'au XVIIe de franciser le royaume. On estime qu'à cette époque moins de trois millions de Français pouvaient parler ou comprendre le français, alors que la population atteignait les 25 millions.
Au milieu du XVIIIe siècle, le peuple francisant parlait un français populaire non normalisé, encore parsemé de provincialismes et d'expressionsargotiques. Seules quelques provinces étaient résolument francisantes. Par contre, la plupart des gens du peuple qui habitaient la Normandie, la Lorraine, le Poitou et la Bourgogne étaient des semi-patoisants : les habitants de ces provinces pratiquaient une sorte de bilinguisme: ils parlaient entre eux leur patois, mais comprenaient le français. Le patois est alors considéré comme étantessentiellement la langue des paysans et des ouvriers. Il s'agit d'un usage dévalorisé et subalterne. Les seuls Français à parler le français relativement standardisé étaient ceux qui exerçaient le pouvoir, c'est-à-dire le roi et sa cour, puis les juristes, les officiers, les fonctionnaires et les écrivains.
L’obstruction de l’école
L'école fut l'un des grands obstacles à la diffusion du français. L'État etl'Église estimaient que l'instruction était non seulement inutile pour le peuple, mais même dangereuse: « Non seulement le bas peuple n'en a pas besoin, mais j'ai toujours trouvé qu'il n’y en eût point dans les villages. Un paysan qui sait lire et écrire quitte l'agriculture sans apprendre un métier ou pour devenir un praticien, ce qui est un très grand mal! ». Dans l'esprit de l'époque, ilapparaissait plus utile d'apprendre aux paysans comment obtenir un bon rendement de la terre ou comment manier le rabot et la lime que de les envoyer à l'école.

III- Le développement du français en Europe :
À la veille de la Révolution française, on estime qu'un quart seulement de la population française parle français, le reste de la population parle des langues régionales.
En revanche, depuis letraité de Rastadt (1714), le français est devenu une grande langue diplomatique internationale, parlée dans toutes les cours des rois et les ambassades. Le français était la langue diplomatique universelle (de l'Europe) et celle qu'on utilisait dans les traités internationaux. Le personnage le plus prestigieux de toute l’Europe, Frédéric II de Prusse, écrivait et s’exprimait en français: toutesles cours l'imitaient. On prend conscience du prestige ainsi acquis, ce qui ne manque pas d'amener un certain sentiment de supériorité. En 1784, le prix de l'Académie de Berlin est donné à Rivarol pour son Discours sur l'université de la langue française, où il soutient la thèse d'une perfection de forme propre à la langue française, grâce à sa clarté et la rationalité.
Ce sont les Anglais qui ontinventé le mot gallomanie – du latin Gallus («Gaulois») et manie, ce qui signifie «tendance à admirer aveuglément tout ce qui est français» – pour identifier cette mode qui avait saisi l'Europe aristocratique. Voltaire explique ainsi l'universalité du français en son temps, en se fondant sur les qualités internes du français: « La langue française est de toutes les langues celle qui exprime...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Littérature française du xviiiè siècle
  • La cuisine française du xviiie siècle
  • Les lumières du xvie au xviiie siècle
  • L'europe & le siècle des lumières
  • La langue française prend-elle sa place dans le monde?
  • Sociétés anglaises, espagnole et française au xvii° siècle
  • Les nouveaux horizons des européens xve
  • La langue française dans la sociéte russe au xviii et xix siècles

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !