La société d'ordre en france

1610 mots 7 pages
La société d’ordres en France

En 1789, Les constituants, par la déclaration des droits de l’homme et l’abolition des privilèges proclamèrent « Les hommes naissent et demeurent égaux en droits », prenant le contre-pied des principes de la société d’Ancien Régime. Celle-ci, au contraire, est fondée sur l’inégalité et la hiérarchie sociale, les sujets du roi étant partagés en trois ordres, eux-mêmes fortement hiérarchisées. « La société ne peut se maintenir sans la paix et sans la concorde ; la paix et la concorde supposent l’union ; l’union veut un ordre ; l’ordre ne peut être sans la distinction, la distinction tire après soi la dépendance ; la dépendance marque nécessairement l’autorité » affirme ainsi Hubert Mugnier.

Les principes de la Société d’ordres

A)Les bases
S’inspirant des conceptions antiques et transposant sur terre, l’ordo céleste, les hommes d’Eglise, comme Adalbéron de Laon avaient au Moyen Age réparti les hommes en trois ordres, le Clergé, oratores, ceux qui prient au sommet de la pyramide, les serviteurs de Dieu étant dans une société croyante en position éminente puisqu’ils servent le dessin de Dieu, et que la fin ultime de la vie terrestre est de préparer la vie éternelle après la mort ; au second rang, les hommes de guerre, les chevaliers et donc la noblesse, les bellatores, chargés dans une société violente de protéger les autres ordres ; enfin, l’immense majorité de ceux qui travaillent pour assurer la subsistance de tous, les laboratores.
Ces notions sont reprises par de nombreux auteurs du XVIIe siècle, Charles Loyseau, dans son
Traité des Ordres et simples dignités (1610), Cardin Le Bret dans De la souveraineté du Roi
(1632), Hubert Mugnier dans La véritable politique du prince chrétien (1647).

Société d’ordres ou société de classe
Devant cette vision intellectuelles de la société, les historiens modernistes se sont distingués par des analyses parfois divergentes, pour savoir si la société d’Ancien Régime

en relation

  • La société d'ordre vue par claude de seyssel tiré de «la grande monarchie de france (1515)»
    4396 mots | 18 pages
  • La communication des entreprises de sous-traitance dans le secteur des tic
    12444 mots | 50 pages
  • Rapport satorius sur les sociétés de service
    18911 mots | 76 pages
  • La revolution francaise
    376 mots | 2 pages
  • Un société d'ordre avec une noblesse prédominante
    2149 mots | 9 pages
  • Rapport net
    3551 mots | 15 pages
  • Revolution francaise
    876 mots | 4 pages
  • La révolution Française
    1072 mots | 5 pages
  • Composition d'histoire - la france et les français à l'aube de la révolution
    1353 mots | 6 pages
  • L EUROPE DU XVIII SI CLE
    2729 mots | 11 pages