Le barbier de seville

680 mots 3 pages
On en apprend plus sur la condition sociale du personnage lorsqu’il appelle le comte « Excellence » : il n’est pas noble mais de condition inférieure : en effet lorsqu’il dit « mon ancien maître » en parlant du comte, on apprend qu’il était au service du personnage (son valet) et qu’il a désormais regagné sa liberté. On apprend le lien qu’entretenaient Figaro et Almaviva. D’ailleurs, par « je suis heureux », Figaro nous apprend qu’ils entretenaient une relation presque amicale, pour le moins agréable et qu’il a de la sympathie pour lui.
Le personnage débute une analepse par « Voyant à Madrid », nous apprenant qu’il vivait à Madrid. La ville est ici pour le spectateur un espace virtuel puisqu’il n’est qu’évoqué par un des personnages, en opposition avec l’espace scénique dans lequel ils évoluent.
On en apprend aussi sur ses occupation, son passé de littéraire puisqu’il était à la « République des Lettres ». Cette inadéquation avec sa condition de valet permet d’effectuer un rapprochement autobiographique avec Beaumarchais.
Il fait allusion à une société où le plus fort domine en l’attribuant métaphoriquement aux « loups », insistant sur une animalisation de la société des Lettres par laquelle il semble s’être fait malmener. Il s’agit ici d’une critique de Beaumarchais envers la « République des Lettres » française dont il fait partie en se cachant derrière le cadre espagnol de la pièce. Figaro le représente, victime de la Cabale (complot) et de la censure comme beaucoup d’auteurs de son époque.
L’énumération de participes passés péjoratifs « Fatigué d’écrire, ennuyé de moi... » montre la lassitude du personnage, conséquence de l’acharnement des « loups », caractérisant l’attitude du personnage. Nous sommes dans une situation de double énonciation, il est le porte-parole de Beaumarchais, donnant à cette tirade une dimension autobiographique. Beaumarchais fait une mise en abyme, étant en train d’écrire.
Figaro nous apprend aussi qu’il a dû faire face à des

en relation

  • Barbier de Séville
    943 mots | 4 pages
  • Le Barbier De Seville
    348 mots | 2 pages
  • Le barbier de seville
    1430 mots | 6 pages
  • Barbier de seville
    1383 mots | 6 pages
  • Le barbier de séville
    2203 mots | 9 pages
  • Barbier de séville
    1435 mots | 6 pages
  • Le Barbier de Seville
    1767 mots | 8 pages
  • Le barbier de séville
    1377 mots | 6 pages
  • Barbier de seville
    1577 mots | 7 pages
  • le barbier de séville
    651 mots | 3 pages