Nietzsche, crépuscule des idoles, « la morale, une anti-nature », §5

Pages: 9 (2104 mots) Publié le: 23 février 2011
A l’issue des quatre premiers paragraphes du chapitre « La morale, une anti-nature » extrait du Crépuscule des idoles, Nietzsche nous a expliqué que selon l’Eglise les passions sont une bêtise, qu’elles tirent les hommes vers le bas et que pour cette raison il faut les éradiquer. Cependant, en allant contre les instincts de la vie, la morale chrétienne va à l’encontre même de la vie. « Attaquerles passions à la racine, cela revient à attaquer la vie à la racine ; la praxis de l’Eglise est hostile à la vie » nous dit-il dès le premier paragraphe. C’est donc dans la continuité logique qu’au paragraphe cinq Nietzsche nous démontre en quoi la morale chrétienne est absurde, voire paradoxale (ligne 1 à 14), afin de nous expliquer d’où doivent provenir les valeurs (ligne 14 à 18), pour montrerque cette morale contre nature qu’est la morale chrétienne est une morale mortifiante (ligne 18 à la fin).

La structure de la première phrase du paragraphe cinq, « Il suffit d’avoir compris que … pour, heureusement comprendre autre chose… » révèle que si nous avons compris ce que Nietzsche nous a exposé dans les paragraphes précédents, de cause à effet une autre évidence devrait nousapparaître. Ce qu’il suffit d’avoir compris, c’est l’outrage que commet la morale chrétienne en s’opposant à la vie. Une fois cela compris, il ne semble pas bien compliqué de se rendre compte de ce que cette révolte contre la vie peut avoir « d’inutile, d’illusoire, d’absurde, de mensonger ». Remarquons d’ailleurs que Nietzsche chasse l’Eglise sur son terrain avec des termes tels que « sacrilège » ou« sacro-sainte ». En d’autres termes, ce qui pour la morale chrétienne est devenu sacro-saint, c'est-à-dire doublement sacré, pour qui c’est la première priorité, est à l’opposé pour Nietzsche un vrai « sacrilège », puisqu’il s’agit d’un outrage fait à la vie. Dès lors, comment pourrions-nous qualifier une telle rébellion contre la vie si ce n’est d’absurde, de paradoxale ? En effet, parce que cetterévolte est une « condamnation de la vie édictée par un être vivant », elle se trouve dans une impasse. Elle est « le symptôme d’un certain type de vie », le « symptôme » d’une vie de « dégénéré ». Ces termes médicaux renvoient à l’idée de maladie, pour Nietzsche il n’est pas sain d’aller à l’encontre de la vie. Ceci fait écho au paragraphe deux du même chapitre dans lequel Nietzsche écrit« l’incapacité de ne pas réagir à une sollicitation, ne constitue en fait qu’une autre forme de dégénérescence. L’hostilité radicale, mortelle, à l’égard des sens, demeure un symptôme inquiétant ; elle autorise tous les soupçons quant à l’état général d’un être capable de tels excès… ». En outre, cette révolte est révélatrice d’une dégénérescence dans la mesure où il faut être dégénéré pour combattre la vie (encombattant les passions) alors que nous sommes en vie.

En somme, deux conditions à ce que nous puissions « seulement » être autorisé à «  aborder le problème de la valeur de la vie » : tout d’abord Nietzsche nous dit qu’« il faudrait être placé hors de la vie », c'est-à-dire être dans un ailleurs, placé en tant que simple observateur. Deuxième condition, il faudrait «  connaître [la vie] aussibien que quiconque », c'est-à-dire avoir vécu toutes les vies possibles et imaginables. C’est donc uniquement si et seulement si ces deux conditions étaient honorées qu’il serait possible d’envisager, et encore seulement d’envisager une opposition à la vie. Ce qui pousse Nietzsche à dire que « le problème n’est pas à notre portée », et que nul être vivant n’est habilité à s’ériger contre la vie. Ceque nous pourrions ici répondre à Nietzsche est que la morale chrétienne fait passer cette révolte comme émanant de Dieu lui-même, c'est-à-dire provenant d’un être hors de la vie et connaissant toutes les vies. Mais nous verrons ce qu’il en est un peu plus tard. Ce que l’on peut dire pour l’instant c’est que la morale chrétienne semble mener un combat injustifiable contre ce que nous...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Nietzsche crépuscule des idoles
  • nietzsche, crépuscule des Idoles, paragraphe 19-20
  • Crépuscule des idoles
  • Crepuscule des idoles
  • Le crépuscule des idoles
  • Moral de nietzsche
  • La morale en tant que manifestation contre nature nietzsche dissertations et mémoires
  • Nietzsche et la morale

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !