Philo

751 mots 4 pages
18 octobre 2013 Pier-Christophe Guay
Mr. Tremblay Groupe : 021240

Problématisation

Question choisie : La liberté commence-t-elle là où cesse le travail ?

À travers l’évolution de l’histoire, l’humanité a commencé à reconnaître ce qui était meilleur par rapport aux conditions de chaque individu. Evidemment, ce qui reporte sur le meilleur est lié à la penser de l’individu. La plupart des statuts de l’individu ont été repensé et rejeté. Peu importe le statut que l’on attribuera à l’individu, celui-ci restera jugé de façon injuste. Que nous ne nommions « liberté » ou pas, l’une des formes de ce mot ne changera rien a la nature de celui-ci. Un lien qui joue en contre avec la liberté de l’homme est le « travail ». C’est donc en se posant la question en ce qui concerne la liberté que nous devons nous demander si la liberté commence là où le travail cesse. Pour être certain d’aller dans le bon chemin des deux concepts ci dessus, il est important de les clarifier et d’étudier le lien qui les unie.

Tout d’abord, le concept le plus important à clarifier est celui du « travail ». Comment pouvons nous désigner le travail ? En fait, le travail selon nous, est considéré comme aliénant, oppressant et obligeant. Il nous impose à des limites de façon à nous construire un horaire, à nous inscrire dans une hiérarchie et même à nous prendre notre temps personnel. En d’autre mot, il occupe une grande partie de notre temps libre. Selon le dictionnaire LAROUSSE, le travail est : « Activité de l'homme appliquée à la production, à la création, à l'entretien de quelque chose ». Cela est donc une manière d’introduire un ouvrage en tant que tel selon la volonté et l’intérêt de l’homme. Le second concept important à clarifier est celui de la liberté. Être libre, personne ne sait

en relation

  • Philo
    258 mots | 2 pages
  • Philo
    1075 mots | 5 pages
  • Philo
    689 mots | 3 pages
  • Philo
    286 mots | 2 pages
  • Philo
    1630 mots | 7 pages
  • Philo
    914 mots | 4 pages
  • Philo
    935 mots | 4 pages
  • Philo
    495 mots | 2 pages
  • Philo
    910 mots | 4 pages
  • Philo
    3554 mots | 15 pages