Quelques infos sur "le lombric" de jacques roubaud

538 mots 3 pages
Le lombric de Jacques Roubaud est extrait de l'œuvre Les animaux de tout le monde publié en 1990. Ce texte est un sonnet classique (formé de 2 quatrains + 2 tercets) et se présente sous la forme du poète expliquant par une métaphore filée le rôle de la poésie dans la société à un jeune poète de douze ans. On étudiera dans un premier temps l'aspect de cette métaphore du lombric puis on verra la nécessité du travail du poète.

Jacques Roubaud choisit dans ce texte de représenter ses semblables par un animal pour le moins surprenant qui est le lombric.
En effet, comme l'auteur va par la suite le comparer au poète, cet animal qui a un aspect repoussant est présenté de manière agréable avec dès le début des personnifications comme « se réveille et baille » ou « avec conscience », alors que ces actions ne sont pas utilisées pour des vers de terre.
De plus, le cadre est attirant avec la première phrase disant « nuit parfumée aux herbes de Provence », ceci montre l'envie de l'auteur d'annihiler l'aspect rebutant de l'animal.
Le fait que Roubaud ait choisit cette espèce est expliqué par le fait que les poètes sont des personnes souvent contestées ou rejetées par la société.

Ensuite, on voit que ce texte utilise des phrases humoristiques qui peuvent rappeler le sous-titre disant que ceci est un conseil à un jeune poète de 12 ans, comme par exemple « en vrai lombric de France » ou encore « ses père et grand-père ». Cela sert à rendre la métaphore du lombric plus ludique.

En outre, on peut penser que Roubaud se sert du prétexte qu'il écrive à un jeune de 12 ans pour expliciter clairement sa métaphore dans la 3ème strophe. En effet, il l'explique avec des comparaisons simplistes « comme un ver de terre » et « comme un grand champ ».

Roubaud se sert de cette métaphore pour implicitement vanter les mérites et la nécessité des poètes et de leur travail.

Tout d'abord, on voit que l'auteur veut montrer l'importance de ce travail car il y a une énumération de verbes

en relation