Religion royale

3531 mots 15 pages
Le Mal

Le mal reste depuis longtemps un concept relativement récurrent dans la société humaine, on le voit, on le vit, on le subit, et l’impression que l’on à propos du fait qu’il ne fait qu’augmenter et empirer au fil des années et de loin justifiable ( 1ère GM, 2nde GM, génocides, terrorisme). Alors que le bien contribue à la promotion de la vie, le mal la détruit et la nie. Le mal engendre des sensations douloureuses, des souffrances ; ces souffrances peuvent être infligées aux autres ou à soi même. Mais l’homme – contrairement à certaines idées reçues – n’est pas le seul être sur terre à infliger du mal (le chat tue la sourie par jeu), il est juste le seul à le conceptualiser : c’est une spécificité humaine. L’animal ne s’interroge pas sur les méfaits qu’il peut causer et agit donc uniquement par mécanisme instinctif. Cependant le mal n’est pas uniquement causé par l’homme, il peut le subir contre sa propre volonté et cela à des degrés différents (accidents, maladies…). On peut donc voir ainsi que le mal est bel et bien présent partout et que l’homme doit se résoudre, pour l’instant, à vivre fatalement avec, mais peut il vivre sans ? Il faut alors s’interroger sur les différentes sortes de mal, que sont elles ? D’où proviennent elles ? Ceci afin de dégager au mieux la question principale : le mal est-t-il forcément nécessaire ?

I. L’interprétation du Mal

Il apparaît nécessaire de déterminer dans un premier temps les formes du mal, ne serait ce juste par les conséquences des actions que chacun d’eux induisent. Leibniz divisait le mal en trois catégories :

A. Le Mal Physique

Il peut être considéré comme celui qui engendre la douleur, celui qui défigure, celui qui blesse dans la chair et va jusqu’à tuer. Toute action portant atteinte à l’intégrité d’une personne, qui lui est nuisible, donne naissance au mal physique et détruit cette intégrité. C’est pour cela que l’on dit « avoir mal » au sujet d’une blessure ou autre

en relation

  • La religion royale
    2792 mots | 12 pages
  • La religion royale
    315 mots | 2 pages
  • Religion royale
    354 mots | 2 pages
  • Le déclin du pouvoir royal durant les guerres de religion
    1110 mots | 5 pages
  • Sujet de dissertation : l'autorité royale au temps de la réforme et des guerres de religion.
    1180 mots | 5 pages
  • Commentaire Edit d'Union
    2864 mots | 12 pages
  • Arrêt lemaistre
    1736 mots | 7 pages
  • td 2 dissert
    1337 mots | 6 pages
  • Simon
    1099 mots | 5 pages
  • guerres de religion
    5957 mots | 24 pages