Sciences juridiques

1382 mots 6 pages
Cours : Le contrat et la liberté contractuelle
Les idées libérales qui guident la révolution de 1789, se manifestent sur le plan philosophique et sur le plan économique. D’un point de vue philosophique, J.-J. Rousseau affirme dans son œuvre Du contrat social que l’homme est naturellement bon et qu’il faut laisser faire les choses. D’un point de vue économique, on croit à la présence d’une « main invisible » qui guide le marché pour le bien de tous et la satisfaction de l’intérêt général. Chaque individu est donc libre. La liberté n’exclut pas l’assujettissement à des obligations, si cet assujettissement prend sa source dans la volonté de celui qui s’engage

Article 1101 du Code Civil : « le contrat est une convention par laquelle une ou plusieurs personnes s’obligent, envers une ou plusieurs autres personnes, à donner, faire ou ne pas faire quelque chose »

1) Les fondements du droit des contrats
Le droit des contrats repose sur la liberté contractuelle, qui est la conséquence de l’autonomie de la volonté. L’autonomie de la volonté est un principe de notre droit selon lequel la volonté est seule créatrice de droits et d’obligations Selon ce principe, l’homme est un être libre ; il ne peut pas être soumis à des obligations autres que celles qu’il a voulues. a) Les différents aspects de la liberté contractuelle Le principe de l’autonomie de la volonté induit deux conséquences en ce qui concerne la formation des contrats : la liberté contractuelle et le consensualisme. La liberté contractuelle comporte trois aspects qui sont : • la liberté de contracter ou de ne pas contracter, • la liberté de choisir son cocontractant, • celle de choisir les clauses de son contrat. Le consensualisme est un principe selon lequel le contrat étant formé par la seule rencontre des volontés, l’écrit n’est pas nécessaire à la formation du contrat. b) Les limites à la liberté contractuelle 1. L’ordre Public Cependant l’autonomie de la volonté peut avoir des effets pervers dans les

en relation

  • Sciences juridiques
    915 mots | 4 pages
  • Sciences juridiques
    14349 mots | 58 pages
  • Science juridique
    616 mots | 3 pages
  • Sciences juridiques
    37803 mots | 152 pages
  • Science juridique
    908 mots | 4 pages
  • Sciences juridiques
    614 mots | 3 pages
  • Sciences juridique
    1454 mots | 6 pages
  • Sciences juridiques
    4215 mots | 17 pages
  • Sciences juridiques
    1243 mots | 5 pages
  • Sciences juridique
    1612 mots | 7 pages