Sens du travail et comparaison sociale

24267 mots 98 pages
INTRODUCTION

Le terme intérimaire est la traduction latine de « pendant ce temps là ». Ainsi, l’intérim est présent lorsqu’une fonction est occupée ou remplie par une autre personne que le titulaire, c’est une sorte de remplacement. L’intérim se caractérise par une relation tripartite. En effet, il y a un intermédiaire entre le salarié et son employeur, la société d’intérim. Celle-ci est, au niveau juridique, considérée comme l’employeur du salarié mais l’employeur de fait est l’entreprise où s’exerce l’activité : l’entreprise utilisatrice. Aujourd’hui, de plus en plus de personnes ont recours au travail en intérim et ce, pour différentes raisons ; pour éviter une période de chômage, pour élargir ses compétences professionnelles ou encore pour répondre à un besoin de diversité des tâches professionnelles exercées. Le travail en intérim est le plus souvent perçu comme une situation provisoire mais il arrive aussi qu’il soit envisagé comme un statut d’emploi à part entière. L’intérim est considéré comme un emploi précaire car c’est un travail incertain caractérisé par l’instabilité salariale. L’intérimaire est mobilisable et révocable à tout moment, il est donc dans l’incertitude quant à son avenir professionnel ; incertitude tant sur le plan psychologique que financier ou professionnel. Dans ces conditions, comment le salarié arrive-t-il à donner du sens à son travail ? Comment considère-t-il son statut ? Enfin, est-il en mesure de s’impliquer dans l’organisation qui l’emploie ?

Notre objectif sera donc ici de comparer deux populations d’intérimaires, qui seront identifiées comme intérimaires de professions ou de transitions à travers l’étude des processus de comparaison sociale et de deux dimensions du rapport au travail : le sens du travail et l’implication organisationnelle.

Le premier chapitre sera consacré à la présentation du contexte général dans lequel se situe cette recherche. Nous nous attacherons, au cours du

en relation

  • La théorie générale de la relation travail à la lumière d’un droit comparé
    8709 mots | 35 pages
  • systemes politiques
    5374 mots | 22 pages
  • Méthode comparative en sciences sociales
    4495 mots | 18 pages
  • Anthropologie
    2949 mots | 12 pages
  • Sociologie
    9035 mots | 37 pages
  • Chômage
    1324 mots | 6 pages
  • Affiche cgt
    1323 mots | 6 pages
  • Politiques publiques comparées
    42867 mots | 172 pages
  • devoir de sociologie
    2952 mots | 12 pages
  • Les omp
    9980 mots | 40 pages